Partagez
 

 La vie continue (Grantaire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La vie continue (Grantaire) Abc10
Louison Bahorel
Messages : 156
Date d'inscription : 09/04/2015

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeMer 28 Aoû - 11:36

La vie continue

Louison & Grantaire


Ma blessure n'a été que superficielle, bien que très douloureuse, et j'en suis sortie avec un simple bandage à l'épaule. Après quelques semaines, mes plaies ont cicatrisé, aujourd'hui, la douleur n'est plus qu'un souvenir. La douleur physique, du moins. Mais des plaies plus insidieuses et beaucoup plus profondes demeurent, à vif. Elles sont morales, elles sont humaines, elles sont émotionnelles. Je pense à tous ceux que j'ai vu mourir, à ces corps alignés, à ces hommes qui se sont battus en vain pour ce que ceux qui sont restés à l'abri chez eux finiront par qualifier d'anecdote.

Les nouvelles me parviennent au compte-gouttes : le décompte des blessés, le décompte des morts, tous ceux dont Jonah m'a parlés, tous ceux dont j'écoutais les conversations enflammées dans l'arrière-salle du Musain... J'ignore de quoi sera fait l'avenir, à présent... Je sais seulement une chose, apprise de la pire manière : quoi qu'il arrive et quoi que l'on en pense, la vie continue. Et nous devons la vivre. Il n'est guère simple, en ce moment, de s'en convaincre, et pourtant c'est le cas. Nous devons vivre car la vie nous a donné cette chance dont elle a privé vivre. Nous devons vivre pour faire parler les morts, pour qu'ils ne soient pas partis en vain.

Ce même si tout ceci m'apparaît superficiel, à présent. J'ai toujours cherché ma place, j'ai cru l'avoir trouvée, et à présent, je réinterroge tout, voilà que je me questionne. Mes convictions restent les mêmes, pourtant. Mais... tout semble tout à coup plus vain, plus inutile. Comme mon travail de serveuse, dont je m'acquitte en automate, sans foi ni conviction. J'ignore si les amis de l'A B C se réuniront encore au Musain, j'ignore même si les Amis de l'A B C existent encore. Ma journée de travail a en tout cas été plutôt morne. Je n'ai pas laissé traîner mes oreilles. Quoi que les clients puissent se dire, je n'étais pas sûre de vouloir l'entendre. Je n'estime personne apte à commenter une telle actualité s'il ne l'a pas vécue.

Fourbue, épuisée, confuse, je finis ma journée de travail et arpente à présent les rues de Paris. Je ne me sens pas le courage de rentrer chez moi, et alors que j'avance sans destination particulière, mon regard croise un regard familier. Grantaire est là, et il est vivant. J'aurais envie de rompre avec mes habitudes et mes résolutions pour le prendre dans mes bras tant je suis soulagée, à la place, je me rapproche et lui offre un sourire.

-J'ai crains de ne plus te revoir.


Et j'ose admettre que j'en ai eu peur, oui. Certaines faiblesses semblent moindres à confesser après une telle expérience.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeJeu 2 Jan - 11:11

La vie continue.
Ça semblait si facile de se dire qu’il suffisait simplement de plonger son esprit dans l’alcool, dans les jupes des belles femmes et de ne juste penser à rien d’autre. Ça semblait simple, mais ça ne l’était pas tant que cela. Grantaire avait essayé. L’alcool du moins, il ne s’était pas spécialement retenu de boire dès qu’il avait pu sortir de l’hôpital où il avait été soigné, dès qu’il avait pu marcher – aussi bien que sa patte boitant était capable de lui permettre de marcher –, il avait bu de l’alcool, parce qu’il avait eu envie d’oublier, parce qu’il avait eu envie de ne pas se souvenir de ce qui s’était passé et parce que c’était ce qu’il faisait toujours. Et même si cet alcool lui avait fait du bien, ça ne lui avait pas du tout permis de taire toutes les pensées qui envahissait maintenant son esprit, toutes ces images de ses camarades morts sur les barricades.

Grantaire avait toujours cru qu’une bonne bouteille de vin était sa meilleure amie, mais il devait se rendre à l’évidence, ce n’était plus aussi facile maintenant. Il n’avait pas d’autre choix que de… vivre avec ça. C’était le cas, ils n’avaient pas le choix, ils devaient faire avec, ils devaient assumer ce qu’ils avaient vécu et ce qu’ils avaient vu. Mais ce n’était pas parce qu’ils n’avaient pas le choix que c’était simple pour autant, même pour celui qui croyait le moins à la cause qui avait été défendu ce soir-là. Mais ce n’était pas parce qu’il ne croyait pas en cette cause qu’il ne s’était battu, qu’il n’avait pas vu tout ce qu’il avait vu et qu’il n’avait pas cru mourir.

Et maintenant, il devait vivre avec tout cela, si on pouvait réellement appeler ça vivre. Depuis qu’il avait été plus ou moins remis sur place, Grantaire devait bien avouer qu’il avait un peu de mal à savoir ce que sa vie allait devenir. Il avait retrouvé Enjolras, il savait que ce dernier était en vie et si les Amis de l’A B C devaient retourner au fond, devaient reprendre les réunions, Grantaire savait qu’il allait les rejoindre de nouveau avec peut-être plus de conviction que ça n’avait été le cas avant (mais en même temps, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il avait possibilité d’avoir moins de conviction que ce qu’il avait quand il venait avant aux réunions). Mais en attendant, Grantaire devait bien reconnaître qu’il se contentait surtout de errer, ici et là, sans trop savoir ce qu’il allait bien pouvoir faire.

Et alors qu’il était en train de marcher en clopinant toujours dans la rue, ce fut une serveuse du café Musain qui s’approcha de lui, un sourire sur le visage. Louison… le jeune homme n’avait pas su si elle était encore en vie, mais maintenant il avait sa réponse.

« Parce que ton meilleur client t’aurait trop manqué ma belle serveuse ? » Demanda-t-il, en souriant, de son air nonchalant habituel comme il avait toujours eu l’habitude. Même si un voile sombre remplissait un peu trop son regard. Grantaire hésita une seconde, avant de s’approcher de la jeune femme pour la prendre dans ses bras. Ça ne se faisait pas, mais tant pis. « Je suis heureux que tu sois encore en vie Louison. » Dit-il alors, sérieusement pour une fois.  
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Louison Bahorel
Messages : 156
Date d'inscription : 09/04/2015

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeLun 6 Jan - 12:30

La vie continue

Louison & Grantaire


Je ne réagis même pas face à la nonchalance apparente de mon interlocuteur. Dans d'autres circonstances, ça m'aurait profondément agacée. Là non, parce que je sais que s'il donne l'impression de plaisanter, il prend la situation au sérieux. Cette ombre qui voile son regard, je la reconnais. Je la retrouve dans mon propre reflet dans le miroir. Je la retrouve dans les yeux de mon frère, de tous les rares survivants des barricades. Et sa légèreté, en fin de compte, me fait du bien. Là, j'en ai besoin, de voir Grantaire en vie, et de voir que même changé, il reste en partie le même. Parce que c'est comme ça qu'il me plaît. C'est comme ça... Je peux bien l'avouer, la mort imminente ne tolère pars les préciosités du genre. C'est comme ça que je l'aime.

Je ne réponds rien et je n'ai plus rien à répondre, car il me prend de court, il me prend de court en me prenant dans ses bras. Mon coeur bat la chamade face à cette étreinte inattendue, et qui me fait un bien fou. Il ne doit pas s'en rendre compte, mais j'ai besoin de ça, et j'ai besoin de ces mots. Il est heureux que je sois encore en vie. Et moi aussi, je suis heureuse... Heureuse d'être en vie, évidemment. Heureuse qu'il soit en vie encore plus. 

-Moi aussi...
, je dis ça doucement, mais sincèrement. 

Je voudrais que cette étreinte s'éternise. Ce n'est pas possible, je le sais bien, mais j'en aurais vraiment besoin. Je songe à toutes les pensées qui m'étreignaient au moment où je pensais la mort proche, très proche, vraiment trop proche de moi. Aussi proche qu'il l'est de moi en cet instant. Je ne veux pas vivre avec des regrets, c'est déjà assez de vivre. Alors je m'abandonne à ce que me dicte mon instinct, tout en sachant pertinemment que ce même instinct va me trahir. Je me rapproche encore un peu, me hisse légèrement pour parvenir à sa hauteur, et je dépose ses lèvres sur les miennes un très bref instant. Sur le moment, je ne veux pas regretter m décision, mais je ne mets pas longtemps à me sentir particulièrement mal à l'aise. Je me racle la gorge, essaie de prétendre que rien ne s'est passé.

-Je... Comment tu vas ? Ta jambe ?


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeVen 8 Mai - 16:06

La vie continue.
Prendre Louison dans ses bras, ça lui faisait du bien. Grantaire appréciait énormément la serveuse, elle n’était pas juste une personne qui acceptait quand même de beaucoup lui servir à boire, mais avec qui il adorait pouvoir parler. Il n’aurait pas supporté de la savoir morte. Bon, en un sens, elle n’aurait été qu’une parmi tant d’autre, mais si Louison était morte, c’était clairement l’une des morts qui l’auraient le plus touchées. Quand bien même, dans tous les cas, la mort de tous ses camarades le touchait forcément. C’était cet amas de cadavre qui continuait de hanter son esprit maintenant, malgré le fait que physiquement il s’en sorte bien mieux. Il n’avait aucune envie de le montrer mais en même temps le jeune homme était quand même particulièrement touché par ce qui était arrivé lors des barricades. Il avait parlé à Louison, il l’avait vu se faire blesser, il n’avait pas pu faire grand-chose pour elle, il aurait eu comme sa mort sur la conscience si jamais elle était morte. Mais ce n’était pas le cas, elle était bel et bien vivante et dans ses bras.

Grantaire sourit en entendant la jeune femme affirmer qu’elle aussi, elle aussi était contente qu’il soit envie, ou contente d’être en vie, ou les deux, peu important. Grantaire ne savait pas exactement comment les choses allaient se passer maintenant, mais en même temps au moins ils étaient en vie tous les deux, c’était le principal. Le jeune homme allait potentiellement dire quelque chose, maintenant que cette étreinte était terminée, mais Louison le… surprit complètement.

Elle s’approcha de lui, se hissa légèrement et déposa ses lèvres sur les siennes. Grantaire fut littéralement… sur les fesses, il ne réagit pas sur l’instant, étonné qu’elle l’ait enfin… embrassé donc. Le jeune homme avait souvent beaucoup de chose à dire, mais sur le moment il fut bien incapable de dire quoi que ce soit. Il était surpris oui et quelque peu mal à l’aise quand même. Ce geste n’avait rien de désagréable, même s’il était de toute façon sacrément léger, mais en même temps, c’était un peu étrange parce que Grantaire n’avait pas ressenti ce qu’il aurait pu ressentir en d’autre temps. Des lèvres, il en avait embrassé une tonne, mais c’était comme si ça n’avait plus tellement de… sens.

« Ce n’est rien. » Répondit-il quand Louison reprit la parole, après s’être raclé la gorge. « Ce n’est tellement… rien. » Ajouta-t-il, en affichant certes un sourire mais un sourire bien triste. Il n’avait aucune envie de se laisser abattre, mais cette jambe qui boitait et qui allait sans doute boiter pendant toute sa vie, ce n’était rien en comparaison de toutes ces personnes qui étaient mortes. Grantaire n’ajouta rien tout de suite, se contentant d’observer Louison. Il ne savait pas vraiment s’il devait reparler de ce qu’elle avait fait ou pas. Mais bon, en réalité, la vie était trop courte pour qu’il se retienne. « C’était quoi… ça ? »

Bon, il le savait, mais Louison qui embrassait quelqu’un c’était quand même sacrément bizarre.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Louison Bahorel
Messages : 156
Date d'inscription : 09/04/2015

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeSam 9 Mai - 13:30

La vie continue

Louison & Grantaire


Je tente de garder une contenance tandis qu'il me répond. La vérité, c'est que j'ai envie de fuir, le plus loin possible, et de faire comme si rien n'était passé. Sur le moment, c'était facile de me dire que la vie est trop courte, que je ne veux pas avoir de regrets... mais je vais en avoir. Le regret de lui avoir fait comprendre ce que je ressens pour lui alors que sa réaction m'apparaît sans équivoque. Je l'ai vu avec une multitude de femmes à son bras, et c'est une des raisons qui ont fait que j'ai toujours su ne pas devoir m'attacher à lui. Mais je crois qu'il ne voudrait même pas faire de moi une de ces femmes-là. Faudrait-il que je me sente flattée ? Je me sens plutôt déçue. Et honteuse, surtout, d'en avoir tant dévoilé de moi-même. J'ai le sentiment de m'être mise à nu devant lui, et j'en paie les conséquences.

Il me dit que ce n'est rien - sa jambe. Je ne sais pas si je dois le croire. Est-ce qu'il remarchera un jour normalement ? Rien ne le garantit, mais je comprends ce qu'il veut dire. Nous sommes en vie. C'est une chance si inespérée ! J'ai du mal à le croire, à en revenir. J'en suis heureuse et terrifiée en même temps. Ce n'est rien, c'est vrai. Nous aurions pu mourir, lui comme moi, et nous sommes en vie. Ce n'est rien du tout, oui. Et j'aimerais en dire autant de ce baiser qu'il ne passe pas sous silence comme j'espérais qu'il le fasse. Tant mieux, sans doute. Même si y revenir rajoute à mon humiliation, au moins, l'abcès sera crevé assez tôt. Sans quoi je doute que nous soyons capables d'avoir tous deux une conversation normale à l'avenir.

-C'était...
Je me racle la gorge. Je tente de conserver ces airs fiers et sûrs qu'il m'est plus simple d'arborer en temps normal. Là, je perds vraiment tous mes moyens. Mon premier baiser... Ma voix est un peu faible quand je prononce ces mots tant je me sens stupide en cet instant. J'ai peur que Grantaire et son tempérament railleur en profite pour moquer mon comportement. Moi qui me veux adulte, digne, loin des considérations naïves des jeunes filles de mon âge, j'ai peur de me retrouver réduite à qui je ne veux pas être. Quand j'ai cru... Enfin, quand j'ai pensé que j'allais mourir, et toi aussi... J'ai songé que si je devais avoir une occasion de te dire ce que je ressens, il fallait que je la saisisse. Je pousse un soupir, j'ai le sentiment de m'embourber un peu plus à chaque instant. Je me sens ridicule...


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeMar 11 Aoû - 9:55

La vie continue.
Évidemment, Grantaire savait parfaitement ce que Louison venait de faire, il savait évidemment ce que c’était qu’un baiser et elle venait de l’embrasser. Le genre de baiser clairement rapide, où elle s’était contentée simplement de déposer ses lèvres sur les siennes. Pas grand-chose donc, mais en même temps grand-chose quand même. Grantaire aurait très bien pu se contenter de ne rien répondre, de ne pas parler de ça et d’avoir « profiter » du moment, sauf qu’il ne pouvait pas le faire. Il ne pouvait pas faire comme si de rien n’était, sans aucun doute parce que c’était Louison. Le jeune homme tenait à la serveuse quand même, au point que même si la jeune femme lui plaisait beaucoup, il n’avait jamais tenté quelque chose de beaucoup trop… pressant.

Ils auraient donc pu se contenter de ne rien dire donc, mais ce n’était pas ce que Grantaire avait envie de faire. Alors il abordait le sujet, parce qu’il voulait mettre tout ça au clair. Et elle le fit, en lui avouant que c’était son premier baiser. Grantaire ne put s’empêcher d’afficher un sourire en coin en entendant ces mots. Il aurait très bien pu se moquer un peu d’elle… mais non, il n’avait aucune envie de le faire. Parce qu’elle continua en prime pour lui dire qu’elle avait cru mourir, elle avait cru qu’ils seraient morts tous les deux et c’était bien ça le truc. Grantaire avait cru mourir aussi, c’était une sorte de miracle qu’il s’en soit sorti. C’était un miracle que Enjolras s’en soit sorti et… les paroles de Louison résonnait beaucoup trop fort dans son esprit et dans son cœur, alors qu’il continuait encore de vouloir se voiler un peu la face. Parce que quand il entendait tout ça, il se disait qu’il devait parler à une personne en particulier, mais pas la jeune femme qui se trouvait sous ses yeux. Ce qui n’était pas une bonne chose bien sûr, et ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait réellement accepter.

Alors en soit, peut-être que c’était ça qui l’attendait maintenant. Peut-être qu’il pouvait simplement se laisser guider par la vie et profiter de ce qu’elle leur offrait. Le fait que Louison soit là, devant ses yeux à lui avouer qu’elle avait des sentiments pour lui. Il ne l’aurait pas deviné vraiment, et c’était quand même plaisant. Grantaire avait l’habitude d’avoir beaucoup de femme à ses bras, mais ce n’était jamais une question de sentiment. Là, la serveuse lui avouait quand même qu’elle ressentait quelque chose pour lui et que la mort prochaine avait quand même beaucoup de chose en perspective. Peut-être que c’était juste ce qu’il devait accepter. Ce qui était quand même bien plus raisonnable que de s’attacher à un homme qui ne voyait en nous qu’un frère…

« Tu n’es pas du tout ridicule. » Répondit-il dans un sourire, et il ne parlait pas avec ce ton plaisantin dont il avait l’habitude. Il était sérieux, ce qui arrivait rarement quand même. « Au contraire, tu as bien fait… » Dit-il dans un souffle.

Et il décida d’agir aussi à son tour. Il leva une main pour caresser la joue de la jeune femme, et approcha son visage du sien pour venir pour venir à son tour déposer ses lèvres sur les siennes. Il était sans doute en train de faire une connerie, mais c’était clairement ce qu’il y avait de mieux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La vie continue (Grantaire) Abc10
Louison Bahorel
Messages : 156
Date d'inscription : 09/04/2015

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitimeMar 11 Aoû - 17:28

La vie continue

Louison & Grantaire


J'éprouve simplement l’envie de disparaître sous terre, je n’a jamais eu à ce point l’envie de me faire oublier du monde entier et ne plus exister pour personne. Ce qui m’avait semblé être une bonne idée, surtout une idée nécessaire, pour ne pas garder pour moi ce qui me perturbe depuis trop longtemps, m’a l’air un peu risible tant l’embarras prend le dessus. Et pourtant… Je sais que si je ne l’avais pas fait, je l’aurais regretté. J’ai failli mourir avec des regrets, je n’en aurais plus. Ou peut-être que si, le regret de ne pas voir Grantaire répondre à mes sentiments, car bien sûr, il ne va pas me sauter au cou et me dire que je suis la femme de sa vie, c’est impossible… et qu’est-ce que ça donnerait, nous deux ? Rien du tout, je suppose.

Et pourtant… Pourtant, quand il me regarde droit dans les yeux, j’ai le cœur sur le point d’exploser, et quand il reprend la parole, je me retrouve suspendue à ces lèvres que je viens tout juste d’embrasser. Et finalement, il prononce des mots qui me prennent de cours, et que je ne m’attendais pas à entendre. Il me dit que je ne suis pas ridicule. Il peut le dire pour me rassurer, rien d’autre, mais il ne se contente pas de ça. Il me dit que j’ai bien fait. Et il rapproche ses lèvres des miennes, il m’embrasse.

Je ne comprends rien… Mais le bonheur que je ressens en cet instant n’est comparable à rien d’autre. Je crois que ça n’a pas de sens, je ne peux pas lui plaire. Mais après tout, lui, pourquoi me plaît-il ? Mon cœur bat si vite qu’il va exploser. Je voudrais que ce baiser ne s’arrête jamais. Mais nos lèvres se détachent l’une de l’autre et il me faut un peu plus pour descendre de cet agréable nuage. Une piqûre de rappel à la réalité, peut-être ? ça ne me ferait pas de mal, je crois bien.

-Est-ce que tu peux… est-ce que tu peux me promettre de ne pas me faire du mal, s’il te plaît ?


Grantaire a connu tant de femmes, je ne veux pas être une parmi tant d’autres. Et même si c’est idiot, je veux qu’il m’aime. Je pense qu’au fond, je sais que tout ceci n’a pas de sens mais. J’ai besoin de lui. Je peux me leurrer à n’en plus finir si cela me permet de glaner quelques instants à ces côtés. Je l’aime à ce point-là. Sans raison. Mais à la folie. Et folie n’est pas un mot en trop.


code by ORICYA.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La vie continue (Grantaire) Empty
Message#Sujet: Re: La vie continue (Grantaire)   La vie continue (Grantaire) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie continue (Grantaire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les lieux découverts-