Partagez
 

 Et maintenant... ? (Enjolras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Et maintenant... ? (Enjolras) Abc10
Marius Pontmercy
Messages : 990
Date d'inscription : 03/02/2015

Et maintenant... ? (Enjolras) Empty
Message#Sujet: Et maintenant... ? (Enjolras)   Et maintenant... ? (Enjolras) I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 12:11

Et maintenant... ?
Les semaines étaient passées depuis la révolution, depuis le combat qu’ils avaient tous mené ensemble. Marius avait eu de la chance, il en avait bien conscience. Si on l’avait laissé là où il se trouvait, il serait mort comme ses nombreux camarades. Il avait conscience de la chance qu’il avait, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir un arrière-goût désagréable. Il ne saurait pas vraiment dire pourquoi, mais il était clair que ce n’était pas ainsi que les choses auraient dû se passer. Il était soulagé d’être vivant, le jeune homme n’allait pas dire le contraire. Il était évident qu’il ne pouvait pas envisager de penser le contraire, il était soulagé d’être vivant et d’avoir pu retrouver sa Cosette. Mais en même temps, il craignait de trop que tout ce qu’ils avaient fait ait été fait en vain.

Est-ce que ça avait réellement de l’importance au fond ? Marius dirait bien qu’il avait envie de profiter de sa vie, de se concentrer sur Cosette, sur la vie qu’ils allaient mener à deux. Il avait été très proche de la mort et il s’en voulait pour elle, parce qu’il n’avait aucune envie de la rendre veuve avant l’heure. Mais en même temps, il ne pouvait pas ignorer le fond de cette situation, la raison de cette révolution. Comme il ne pouvait pas ignorer ses camarades. Sans doute qu’il fallait tourner la page… c’était sûrement ce qu’il aurait fait s’il n’avait pas eu des nouvelles de ses camarades. Beaucoup étaient mort à ce moment-là, beaucoup avaient disparu, mais certain était encore en vie. Marius avait réussi à avoir de leur nouvelle, alors qu’il était encore convalescent dans son lit. Et quand il avait pu sortir, malgré ses nombreuses blessures et le fait que son corps avait encore besoin de temps pour se remettre complètement du combat, il avait décidé d’aller en trouver un en particulier.

Enjolras était vivant, c’était à peine croyable. C’était une nouvelle qui avait rendu Marius heureux évidemment, même s’il ne savait pas réellement comment les choses allaient se passer à présent. Et c’était bien pour cette raison qu’il avait décidé d’aller trouver le chef des Amis de l’A B C. Si ce groupe existait encore. Marius avait-il envie qu’il existe encore ? En un sens, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’ils avaient fait leur temps, qu’il était peut-être temps qu’ils arrêtent. Mais en même temps, ils n’avaient pas fait tout cela pour rien. Dans tous les cas, Marius était quelque peu partagé par la situation et la seule chose qu’il savait pour l’heure c’était qu’il avait besoin de revoir Enjolras, de constater dans quel état il se trouvait. Clopinant un peu, le bras encore en écharpe et les marques du combat sur son visage, Marius s’était donc rendu directement chez Enjolras. Quand il frappa à la porte, il attendit avec une certaine appréhension qu’on vienne lui ouvrir en espérant trouver son ami dans un état… disons convenable. Il savait qu’il était vivant, mais il n’avait aucune idée de comment il s’en était sorti.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Et maintenant... ? (Enjolras) Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2426
Date d'inscription : 07/02/2015

Et maintenant... ? (Enjolras) Empty
Message#Sujet: Re: Et maintenant... ? (Enjolras)   Et maintenant... ? (Enjolras) I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 12:55


Et maintenant... ?
I

l était difficile d'admettre que la vie puisse suivre son cours comme si de rien n'était, et pourtant c'était le cas. Plus personne ou presque n'évoquait encore la soirée du cinq jours, ou bien ce n'était qu'une heureuse anecdote, sans presque de conséquences. Sauf pour tous ceux dont le sang avant trempé les pavés de Paris... Mais le sang avait été nettoyé depuis, les corps avaient été enterrés ou jetés dans la fosse commune, et tout reprenait son cours. Les miséreux demeuraient les plus misérables, les puissants se gargarisaient de ce charmant épisode qui les avait sans doute confortés dans leur sentiment de toute-puissance. Un drame terrible sans conséquence ou presque, et dont Enjolras cultivait une trop grande part de responsabilité pour ne pas se laisser ronger par la culpabilité.

Il ne dormait plus la nuit, c'était impossible, il ne parvenait plus à réfléchir convenablement. Il ne savait plus quoi faire à présent, il savait seulement, et de façon certaine, qu'il fallait bel et bien qu'ils fassent quelque chose... Le monde n'avait pas changé, mais justement, il était important qu'il change, justement, ce constat non plus n'avait pas changé. Et tous ceux qui avaient donné leurs vies au nom de la liberté méritaient que leurs noms soient gravés en lettres d'or, que nul ne sache les oublier. Enjolras avait bien l'intention d'entretenir leur mémoire jusqu'à la fin de sa vie, jusqu'à son dernier souffle, dût-il lui être retiré sur une autre barricade ou à son plus grand âge. L'heure de combattre à nouveau adviendrait, il le fallait.

... mais Enjolras n'était plus tout à fait certain d'être réellement le meneur dont les amis de l'A B C et tout autre aspirant révolutionnaire avait besoin. Il pouvait blâmer les circonstances, mais il devait bien, par la même occasion, accuser ses propres décisions. C'était trop, même pour lui... il se sentait... submergé. Et faute de prendre la moindre décision, pour le moment, il se contentait de rester prostré chez lui, à attendre l'illumination. Rassembler tout le monde (pour peu qu'il y en ait encore à rassembler) ne servirait à rien du tout pour le moment. Ils étaient tous sous le choc, et beaucoup d'entre eux avaient par ailleurs été blessés dans des proportions inimaginables. Il y avait un temps pour tout, mais pas un temps pour la cogitation. Cela, c'était constant.

Quand on frappa à sa porte, il mit un certain temps avant d'aller ouvrir, de son pas devenu claudiquant. De l'autre côté, il y avait Marius. En le voyant, Enjolras se sentit rassuré. Il avait le bras en écharpe, quelques marques çà et là, mais rien de bien alarmant. Il allait bien, il était en un morceau. C'était un véritable soulagement pour lui, vraiment.

-Entre,
proposa Enjolras en laissant Marius pénétrer à l'intérieur. Comment tu vas ?

Il y avait les maux physiques, bien sûr, mais il n'y avait pas qu'eux, et c'était cela, qui inquiétait Enjolras.







code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Et maintenant... ? (Enjolras)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOPA, PIPA? A la poubelle: maintenant ils ont ACTA!
» Camil Fontaine [C'est à votre tour maintenant !:)]
» Et maintenant, on peut paniquer? [pv les voyageurs + Seb]
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Spécial tube de l'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les habitations-