Partagez
 

 Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 11:22


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
I

l ne savait par quel miracle il avait survécu. Plusieurs balles l'avaient touché, pourtant, mais certaines ne l'avaient qu'effleurées, d'autres encore l'avaient heurté de plein fouet, mais sans toucher aucun organe vital. Il avait eu de la chance, en somme... si tant est que l'on puisse nommer cela ainsi, car à l'heure où Enjolras tirait le bilan de l'insurrection, il ne se sentait pas chanceux, pas un seul instant. Il avait survécu, oui, et après quelques semaines de rémission, il s'en tirait sans presque aucun dommage. Il boîtait légèrement, il gardait quelques cicatrices significatives, notamment une balaffre qui lui mangeait une bonne partie de la joue, mais au fond, c'était rien, c'était si peu... Il avait vu les cadavres alignés, il avait vu la grande majorité de ses frères d'armes, privés de souffle et d'existence. Ils étaient morts. Et même s'il aurait été facile de se convaincre pour lui-même qu'il mourrait pour la France, il avait le sentiment que ceux qui n'étaient pas revenus étaient partis à cause de lui. Ils avaient choisi leur destin... mais il les avait guidés. Lui aurait dû mourir, pas eux. La chute était brutale...

Qu'adviendrait-il des amis de l'A B C, à présent ? L'on qualifierait Enjolras de fou, de suicidaire, mais il n'avait pas la moindre envie d'abandonner. Quand bien même devrait-il ne plus y avoir un seul homme à ses côtés. Il ne voulait pas accepter que ses amis soient morts en vain, il ne voulait pas accepter que leur combat demeure sans issue. Rien n'avait changé, oui, mais si cet épisode devait lui avoir conféré une réelle certitude, c'était bien celle-ci : tout devait changer. Comment ? Pour l'heure, il avait peine à le savoir. Il était trop tôt. Ils avaient des morts à enterrer et à pleurer. L'heure était au deuil, le reste pouvait attendre.

Il avait hésité à revenir au Musain... après une telle situation, il lui était difficile d'y remettre les pieds et de ne pas considérer les lieux hantés par tous ceux qui y avaient rêvé d'un monde meilleur qu'ils n'avaient pas été capables de s'offrir. Mais c'était son repère également, et le seul endroit où il se sentait à sa place à l'heure actuelle. Alors il avait mis un pied à l'intérieur. Il avait besoin d'anesthésier ses pensées à grand renfort d'alcool. Ca ne lui ressemblait pas, mais la situation le poussait dans des retranchements qu'il n'avait jamais envisagés.

Une fois sur place, il reconnut une silhouette familière, celle de Grantaire, Grantaire qui avait accepté de mourir à ses côtés. Le chef de file des Amis de l'A B C savait qu'il avait survécu, mais ne l'avait encore jamais revu jusqu'ici. Il ne réfléchit pas, il n'hésita pas, il se rapprocha de lui et le serra dans ses bras. Il s'en voulait. Grantaire n'avait jamais cru en leur cause, il avait eu moins de raisons encore de mourir pour elle... Et ils en étaient là.

-Je suis désolé
, articula-t-il d'une voix rauque, moins habituée à s'exprimer, lui qui avait pourtant été familier des grands discours.

Des mots qu'il prononçait bien rarement, qu'il espérait ne plus avoir à prononcer avant longtemps.






code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 15:57

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Grantaire pensait être mort… il avait mis un certain temps avant de réaliser qu’il était vivant. Il n’avait aucune idée de comment il avait fait pour s’en sortir, pourtant quand on avait tiré sur lui et Enjolras, il semblait évident que c’était la fin pour eux. Il s’était dit qu’il allait mourir donc, tout simplement, auprès de Enjolras et il était prêt à cela. Quitte à mourir, Grantaire trouvait que c’était plutôt une bonne mort.

Mais non, il avait survécu. En se réveillant après un long moment dans le coma apparemment, il s’était retrouvé à l’hôpital et on lui avait expliqué qu’il avait eu énormément de chance de s’en sortir. Au vu de la manière dont les choses s’étaient passées, on pouvait clairement confirmer le fait qu’il avait de la chance. Globalement, il s’en remettait… il avait plusieurs cicatrices sur son corps, l’une de ses jambes semblaient plus touchés que le reste et il y avait de forte chance qu’il boite jusqu’à la fin de sa vie, mais comparé à la mort ce n’était rien. Quoi que… la mort était tout, mais la mort lui avait semblé quand même bien plus douce. Oh pendant un temps, le jeune homme avait été sous médicament ce qui lui avait permis de ne pas trop réfléchir, puis ensuite… ça avait été différent. On ne pouvait pas lui donner de nouvelle de quoi que ce soit, de qui que ce soit. Il n’avait vu personne de la barricade, on lui avait simplement dit que les victimes de cette révolution étaient nombreuses. Et forcément, le jeune homme n’avait pas pu s’empêcher de penser à tous ses amis… à Enjolras notamment. Et il se demandait un peu pour quelle raison on lui permettait de respirer, pour quelle raison il continuerait à le faire.

Quand il avait pu quitter l’hôpital, boitant donc, Grantaire avait erré pendant un moment dans les rues de Paris, jusqu’à se retrouver au café. C’était peut-être son destin au final et il avait… il avait une soif d’enfer. Il y était entré, on l’avait regardé de travers pour certain, mais il n’en avait eu que faire. Il n’avait pas grand-chose sur lui, mais il avait pu dénicher un peu de sou et il avait acheté bouteille sur bouteille, restant dans son coin à noyer tout cela dans l’alcool. Ça n’allait pas réellement mieux. Physiquement… peut-être, moralement… il avait le sentiment que les fantômes jonchaient cet endroit. Alors qu’il noyait son chagrin donc dans l’alcool, comme il avait toujours noyé sa vie dans l’alcool, la porte s’ouvrit et ce fut comme si le fantôme de Enjolras se présentait à lui. Pendant un temps il l’observa approcher, avant de se rendre compte de quelque chose sur son visage. Une cicatrice barrait sa joue… ça voulait dire ? Grantaire se leva et Enjolras vint le prendre dans ses bras, encore une fois… et le jeune homme ne put que réaliser ce qu’il en était, son ami n’était pas mort. Il avait survécu lui aussi. Le jeune homme resserra cette étreinte, en entendant Enjolras s’excuser. Il était là, il lui parlait ça semblait… tout semblait finalement plus vivant.

« Je pensais que tu étais mort. »
Dit-il alors, ne pouvant pas s’empêcher de l’exprimer. Il avait vraiment cru que Enjolras avait péri et c’était un vrai soulagement que ça ne soit pas le cas.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeSam 17 Aoû - 16:18


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
I

l avait pensé qu'il était mort. Enjolras n'en était pas surpris. De ce qu'il savait, ou de ce qu'on lui en avait dit, du moins, Grantaire avait sombré dans l'inconscieence et était resté très longtemps à l'hôpital, plus que lui-même qui avait très vite été autorisé à rentrer chez lui finir sa convalescence. Ce qu'il avait fait en ne quittant plus que très peu son appartement, prostré, endeuillé, meurtri... Alors oui, il n'était pas surpris que Grantaire n'ait rien su, et soulager d'être le premier à lui donner cette nouvelle, même s'il aurait préféré, à choisir, qu'il n'y ait que sa mort à déplorer contre celle de tous les autres. Si son sacrifice avait pu servir à sauver le moindre de ses camarades, il n'aurait pas hésité un seul instant. Mais il était là, toujours en vie quand tant d'autres étaient partis. C'était un constat douloureux, éprouvant autant qu'inévitable.

-Je suis là...,
se contenta-t-il de répondre.

Même si, au fond, Grantaire s'en moquait peut-être. Après tout, sans lui, il n'aurait pas couru tant de risques. Il avait bien failli mourir, mourir à ses côtés... alors qu'il n'avait jamais réellement cru en la cause qu'il défendait. S'il avait dû partir et pas lui, Enjolras se serait sans doute reproché sa mort plus que n'importe quelle autre. De toute évidence, il l'avait bien trop mal jugé, et rétrospectivement, il le regrettait vraiment. Il avait envie de s'excuser encore, mais ça ne servirait à rien. Même s'il était presque impossible de ne pas tourner le regard en arrière, ils devraient éviter de trop s'appesantir sur le passé. Seulement pour apprendre de leurs erreurs et ne plus jamais les reproduire. Aller de l'avant. Mais pas aujourd'hui, pas tout de suite.

-Tu vas bien ? Ta jambe...


Il l'avait repéré, il boîtait un peu, mais ça n'avait pas l'air de grand-chose en comparaison de tout ce qu'ils avaient subi. Tous deux avaient été criblés de balles, qu'ils s'en soient sortis l'un et l'autre tenait purement et simplement du miracle. Y trouver une explication logique serait sans doute impossible, et Enjolras ne voulait pas se demander comment ou pourquoi. Il espérait juste que les séquelles, du moins physiques, n'étaient pas trop nombreuses pour son interlocuteur. En ce qui concernait tout le reste... c'était une autre affaire. Et c'était sans doute une bonne chose qu'ils puissent se retrouver, qu'ils puissent simplement en parler.

-Je nous offre une bouteille, qu'est-ce que tu en dis ?
suggéra-t-il alors.

Inattendu, c'est sûr, Enjolras qui proposait à boire à Grantaire, mais à cette heure, l'alcool était le moindre remède au mal qui les rongeait. Enjolras n'avait même pas envie de parler révolution, il voulait partager un verre avec un ami, en mémoire de tous ceux qu'ils avaient perdu.


code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 27 Oct - 15:46

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Il était là… c’était à peine croyable. Pendant quelques secondes, Grantaire fut tenté de se dire que c’était l’alcool et ses souvenirs qui lui jouaient des tours, mais ce n’était pas le cas. Enjolras était bel et bien là, il était bel et bien en vie et mine de rien, le jeune homme ne put s’empêcher de sentir un poids en moins sur son dos. Oh, ça n’enlevait pas tous les mots qu’il y avait eu ce jour-là, rien n’enlevait le massacre qui avait eu lieu et tous les corps que Grantaire avaient vu tomber, une vision qui n’allait pas manquer de le hanter pendant un long moment, pour ne pas dire pour toute sa vie. Mais au moins, au moins Enjolras était vivant et ça lui faisait énormément de bien. Il avait cru que l’homme était mort, parce qu’en soit il n’y avait eu aucune raison qu’il s’en sorte – comme lui au final, mais justement une personne qui s’en sorte par miracle ça faisait déjà beaucoup, alors deux… –, il avait commencé à se dire qu’il allait devoir se faire une raison. C’était pour cela qu’il buvait bouteille sur bouteille au café, parce qu’il en était en réalité tout bonnement incapable.

Mais il n’avait plus besoin de le faire, du moins plus autant. Parce que Enjolras était bel et bien là, il était vivant. Ça n’allait pas faire oublier tout ce qui était arrivé, mais au moins Enjolras était là. L’homme lui demanda s’il allait bien, mais au fond cette question était quand même un peu spéciale. Grantaire ne savait pas du tout quoi répondre, il n’y avait sans doute aucune raison possible. Il n’allait pas très bien non, mais en même temps c’était normal. Quelque chose lui disait que personne ne pouvait aller très bien en ce moment.

« C’est moins pire que ton visage mon ami ! » Lança-t-il d’un ton assez léger, qu’il forçait peut-être un peu plus que d’habitude.

Le visage d’Enjolras où il y avait quand même une sacrée balafre, qui gâchait grandement ce visage justement. Enfin, c’était ce qu’il se disait, même si ce n’était pas si terrible que ça quand on réfléchissait à la situation et à ce qu’ils avaient vécu. Grantaire risquait de boiter pendant un long moment en effet et même sans doute jusqu’à la fin de sa vie, mais ce n’était pas cher payé quand on y pensait. Il aurait pu, il aurait dû même, perdre sa vie dans cette histoire.

« J’en dis que j’ai plus un sou dans mes poches et que tu tombes à pique. »
Affirma-t-il dans un sourire, clairement plus triste que d’habitude. Oh, ils pouvaient faire comme si de rien n’était, mais l’ombre de toute cette histoire ne pouvait que les hanter. Enjolras lui proposait de boire avec lui, c’était quand même la preuve qu’il n’était pas au meilleur de sa forme, que cette histoire laissait des traces. Et au fond, ce n’était pas tant l’alcool qu’ils pouvaient partager qui intéressait Grantaire, juste la présence du jeune homme.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 27 Oct - 16:05


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
G

rantaire ne répondit pas à sa question, ou du moins pas vraiment, mais Enjolras pouvait difficilement lui en tenir rigueur. Qu'aurait-il pu lui répondre ? Non, il ne pouvait pas aller bien, tout comme lui. Il avait à son instar assisté au massacre de leurs frères, lui qui n'avait jamais caché le peu d'implication qu'il comptait dévouer à cette cause qui aurait pourtant pu lui voler son dernier souffle. Lui qui avait si souvent clamé que leur combat était vain et qu'il assistait aux réunions des Amis de l'ABC comme l'on va au théâtre. Il avait vu mourir leurs camarades, tomber un à un ceux qui couraient après un idéal qu'il avait toujours estimé inaccessible. Grantaire n'allait pas bien. Enjolras n'allait pas bien. C'était ainsi, cela resterait. Maintenant fallait-il espérer que les tombes que le jeune révolutionnaires avait le sentiment d'avoir creusées de ses propres mains serait un terreau fertile à des jours plus heureux, à une victoire plus certaine.

Un fin sourire esquissa le visage défiguré d'Enjolras quand son ami observa que son visage ravagé valait sûrement moins que sa jambe claudiquante. Ce n'était pas dit... Enjolras ne se plaignait pas de sa blessure, en tout cas. Il savait que ça aurait pu être pire, bien pire. Cette balafre, c'était un rappel cuisant de ce qui ne devait plus être, le stigmate de son échec... et si certains devaient l'en trouver repoussant, tant mieux. Enjolras n'avait jamais voulu être un charmant minois, même si on lui avait trop souvent appris qu'il en avait un pour qu'il l'ignore. Il était une voix, une idée, pas un visage. Il était tous les visages. Et aujourd'hui, il voulait être le visage de tous ceux qui étaient morts en respectant ses directives. Ils n'en avaient pas été prisonniers, certes, ils avaient été libres de ne pas se battre, ils avaient été libres de fuir, ils avaient cru dans cet idéal en lequel Enjolras croyait toujours. Mais eux en étaient morts, pas lui.

Enjolras hocha la tête, si une heure devait être à la boisson, c'était bien celle-ci. Qui sait, demain peut-être, il changerait d'avis, il retournerait à ses vieux discours, mais demain n'était pas encore arrivé. Il adressa un geste à la serveuse pour leur demander une bouteille et s'installa sur une chaise, à se demander comment ses jambes l'avaient porté jusqu'ici tant il se sentait épuisé, fatigué comme il ne l'avait jamais été.

-Tu as des nouvelles des autres ?
demanda-t-il finalement.

Demander des nouvelles des autres, c'était davantage demander : sais-tu qui d'autre a survécu ? Est-ce que d'autres, seulement, ont survécu ? Si oui, comment vont-ils ? Avait-il brisé leurs vies, vivants mais plus tout à fait, hantés à jamais par ces fantômes qu'Enjolras pour sa part aurait presque le sentiment de pouvoir toucher.


code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeSam 23 Nov - 19:06

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Si on lui avait dit avant tout cela que Enjolras viendrait le voir et lui proposerait de boire une bouteille en sa compagnie, dans ce même café où ils se retrouvaient pour les réunions, le jeune homme ne l’aurait pas cru. Et pourtant, Grantaire se trouvait bel et bien devant la belle gueule de Enjolras – quoi que balafrée maintenant, mais honnêtement ça n’enlevait rien à son charme –, qui faisait signe à la serveuse de leur apporter une bouteille, avant de s’installer sur une chaise. Bon, il était vivant, la douleur constante qu’il ressentait dans la jambe ne pouvait que lui rappeler qu’il était vivant et qu’il ne se trouvait pas au « paradis », donc il ne rêvait pas présentement. Et dire qu’il avait fallu qu’ils voient nombre de leurs camarades mourir pour en arriver là. À choisir, Grantaire aurait bien aimé qu’ils n’aient pas besoin de vivre tout cela pour… passer un temps comme ça en compagnie du chef de fil.

Le jeune homme n’avait pas vraiment d’intérêt de se retenir de boire en temps normal, mais là clairement il se disait que ça ne pouvait vraiment pas leur faire du mal. Et quand son ami lui demanda s’il avait des nouvelles des autres, il prit la peine de boire une longue gorgée de vin avant de prendre la parole.

« Non pas vraiment. »
Grantaire marqua une pause. « Je suis venu directement ici dès que j’ai pu… sortir. » Nouvelle gorgée de vin. « Mais je crois avoir entendu une rumeur sur le petit fils d’un noble qui est revenu vivant des barricades. »

C’était Pontmercy ou pas, dans tous les cas Grantaire n’en avait pas grand-chose à faire de ce dernier précisément. Il avait vu énormément de leurs camarades mourir au combat, Grantaire ne les appréciait pas tous, mais en réalité il n’en détestait quand même aucun. Ça allait lui faire bizarre de ne pas les revoir, de ne pas se retrouver de nouveau dans l’arrière salle du café Musain et les voir tous débattre sur la révolution et sur la manière qu’ils avaient de changer le monde. Enfin, en même temps il avait le sentiment qu’ils allaient quand même se retrouver là, comme des fantômes qui allait envahir leurs souvenirs. Mais en parlant des réunions justement…

« Tu comptes faire quoi ? »

Il se doutait un peu de la réponse, parce qu’en fait il serait quand même dommage que toutes ces personnes soient mortes en vain. Même si Grantaire n’avait jamais vraiment cru à tout ça. Enfin, c’était complexe. Il ne croyait pas entièrement en la cause, mais il avait cru aux paroles de Enjolras. Maintenant… le jeune homme se disait qu’ils ne pouvaient pas juste faire comme si de rien n’était avec tous ces morts, mais qu’ils ne pouvaient pas non plus abandonner. Ça serait horrible pour les morts, même si ça ne voulait pas dire qu’ils allaient réussir encore une fois.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeSam 23 Nov - 19:21


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
G

rantaire n'en savait pas plus qu'Enjolras au sujet de ceux qui, éventuellement, avaient survécu, si seulement il y en avait d'autres. C'était prévisible. Il était encore tôt. Trop tôt sans doute pour compter les morts et énumérer les vivants. D'autant que certains étaient peut-être encore en train de lutter, entre la vie et la mort, justement. Il allait falloir, sur ce point comme sur beaucoup d'autres, prendre leur mal en patience, même si, apparemment, il y avait au moins une rumeur encourageante : un petit-fils de noble rescapé... il n'y en avait pas cent. Si la rumeur était juste, alors Marius était en vie.

Enjolras ne jubilait clairement pas à l'idée que son ami soit allé se réfugier auprès de son grand-père royaliste, c'est vrai. Mais il était soulagé de savoir le jeune homme en vie. Autant ne pas spéculer. Il ne fallait pas perdre espoir, certes, mais il ne fallait pas trop s'en faire non plus, c'était l'évidence. Pour le moment, il fallait se focaliser sur ce qui était : le vin n'était pas déplaisant en certaines circonstances. Et la présence de Grantaire le rassurait. C'était la mort qu'il aurait gardé le plus sûrement sur la conscience, au-delà de toutes les autres, s'il avait dû le perdre, parce que Grantaire croyait à peine dans leur combat. Parce que c'était à son côté qu'il avait bien failli mourir.

Forcément, le jeune homme lui posa la question qu'il appréhendait le plus, mais devait forcément faire surface, à un moment ou à un autre. Qu'allait-il se passer, maintenant. Il savait que tous les regards convergeraient bientôt dans sa direction. Certains accusateurs, à juste titre certainement, d'autres compatissants, peut-être. D'autres attentifs ? Que faire, maintenant ? Une seule réponse possible. L'homme qu'il était avant n'aurait pas hésité, il aurait admis que pour gagner la guerre, il fallait parfois accepter de perdre certains combats, et qu'ils avaient toujours su qu'ils jouaient leurs vies en s'engageant auprès des amis de l'ABC. Mais il avait peine à se montrer à ce point pragmatique.

-Je n'en sais rien...
, reconnut-il, dépité, préférant se montrer totalement honnête.

La suite dépendait sans doute de lui, de ses directives, mais à l'heure actuelle, il ne savait tout simplement plus quoi faire. Il se sentait perdu... Il se sentait terriblement mal. Il n'était pas à la hauteur du rôle qu'il s'était imposé. Il ne voulait pas baisser les armes, ses frères tombés au combat méritaient que ce combat ne soit pas vain. Mais pour l'heure, il ressentait plus de lassitude et de culpabilité que de hargne. Il avait peut-être le temps d'y réfléchir... mais ce temps filerait bien vite. Et ensuite... ensuite... Il ne savait pas, il avait besoin de temps. De beaucoup plus de temps.


code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 15 Déc - 15:38

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Grantaire n’y pouvait rien, il avait envie de savoir ce qui allait se passer ensuite, et forcément il se demandait surtout ce que Enjolras allait faire ensuite. Forcément, le jeune homme était celui qui avait porté le combat des Amis de l’A B C, alors Grantaire se disait que c’était à lui de continuer le combat, ou d’abandonner le combat s’il était lieu d’abandonner. Même si Grantaire ne savait pas vraiment s’il était possible d’abandonner quoi que ce soit. En tout cas, il se remettait clairement à la décision de Enjolras, c’était à lui de continuer, c’était sur lui que reposait donc ses attentes. Même si c’était peut-être un peu trop demandé au jeune homme, que ce dernier avait peut-être besoin de plus de temps pour réellement se décider sur ce qu’ils allaient faire.

Et d’ailleurs, le jeune homme finit par reprendre la parole pour répondre à la question de l’alcoolique de base. Grantaire fut un peu étonné d’entendre Enjolras affirmer qu’il n’en savait rien, d’une façon qui lui donnait le sentiment qu’il était dépité. Ça ne lui ressemblait pas du tout. Clairement, ce n’était pas si étonnant non plus au vu de la situation et Grantaire avait bien compris que Enjolras était touché depuis les combats sur la barricade. La preuve, ils buvaient de l’alcool ensemble, c’était bien la preuve que la situation avait changée quand même. Ça ne voulait pas dire qu’elle n’allait pas redevenir normale… non, en fait, Grantaire le sentait bien, plus rien n’allait redevenir comme avant. Il avait bien remarqué de son côté, il se sentait différent depuis ce jour où il avait combattu sur les barricades, où il aurait dû mourir auprès de Enjolras pour finalement se réveiller dans un lit d’hôpital. Il n’était plus le même. Il se sentait un peu plus brisé en un sens, il voyait le monde un peu différemment.

« Ce que tu vas commencer par faire, c’est te resservir un verre. »
Dit-il en prenant la bouteille de vin qu’ils partageaient pour remplir le verre de son ami. Ça n’allait évidemment pas arranger la situation et clairement le jeune homme n’allait pas tout d’un coup savoir ce qu’il devait faire et comment les choses allaient se passer, mais Grantaire considérer que ça ne pouvait pas lui faire du mal. Au point où ils en étaient, ça ne pouvait clairement pas leur faire du mal. Bien au contraire. « Et ensuite… » Grantaire marqua une pause, prenant la peine de vider son propre verre, avant de le poser vivement sur la table. « Ensuite tu vas te lever, tu vas rassembler toutes les personnes encore aptes à se battre, toutes les personnes qui vont te suivre encore, et tu vas changer ce monde ! »

Dans la façon dont Grantaire parlait présentement, il y avait un sérieux qui ne lui ressemblait pas vraiment, et une conviction dont il n’avait pas vraiment fait preuve. Croyait-il enfin à la révolution ? Il n’en savait rien, mais ce qu’il savait, c’était que l’homme sous les yeux devait se battre et que lui, il n’avait rien d’autre à faire dans sa vie en dehors de le suivre. Le suivre lui et seulement lui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 15 Déc - 16:14


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
E

njolras s'était déjà senti désemparé, perdu, bien avant les barricades, mais dans ces situations-là, il était parvenu à rationnaliser les choses. Le jeune homme parvenait à peser le pour et le court, à remettre ses idées en ordre et à repartir au front plus vaillant que jamais, plus déterminé qu'il ne l'était auparavant. Cette fois était différente. Il ne parvenait pas à rationaliser une situation aussi grave, tant de violence, tant de douleur, tant de morts vaines... Mais quand lui-même perdait pieds, il découvrait que tous autour de lui cherchaient à lui ramener ces mêmes pieds sur la terre ferme : Louison, Gavroche... ils étaient nombreux. Le jeune homme avait fédéré et encouragé les autres depuis bien longtemps, aujourd'hui, c'était lui que l'on motivait, que l'on encourageait. Et ces encouragements avaient parfois des origines inattendues. Le regard qu'Enjolras portait sur Grantaire n'était plus du tout le même, aujourd'hui. Normal, il avait bien manqué mourir à ses côtés, comment le blâmer encore d'être insensible, de ne rien prendre au sérieux ? Il aurait pu avoir sa mort sur la conscience.

Il but une gorgée de son second verre. Pour cette fois, ça ne le dérangeait pas de boire plus que ce que son organisme était capable de supporter. Au contraire, ça lui convenait même très bien, de boire ainsi plus que de raison. Si cette bouteille ne suffisait pas, ils en commanderaient une autre, et encore une autre... Il adressa un fin sourire à Grantaire quand il lui dit au fond ce qu'il avait précisément besoin d'entendre : il devait inviter ceux qui en étaient encore capable à se battre, croire que ce monde pouvait encore changer et être de ceux qui seraient capables de le changer en effet, quoi qu'il puisse advenir. Il avait sans doute raison, mais Enjolras avait encore besoin de temps. Pour le moment, il ne se sentait juste pas... physiquement capable d'agir de cette manière.

-Pourquoi ?
demanda Enjolras en reposant son verre sur la table. Pourquoi tu nous as rejoints ? Pourquoi tu as risqué ta vie là-bas ? pour une cause que tu as toujours moquée ?

Ce n'était pas un reproche, il avait simplement besoin de comprendre. Il savait, aujourd'hui, qu'il avait toujours mal jugé son interlocuteur, qu'il n'était pas exactement ce qu'il avait imaginé qu'il était, en vérité. Alors il avait envie de savoir, il avait besoin de comprendre. Quelque chose avai dû le motiver ce soir-là, une flamme peut-être identique à celle qu'il reconnaissait à présent alors qu'il l'encourageait à se battre encore. Elle avait peut-être toujours été là, cette flamme, mais lui, obstiné, convaincu d'avoir compris qui était Grantaire, n'avait pas pris conscience de tout ce qu'il y avait à voir chez lui, exactement. Alors il posait légitimement la question.


code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 15 Déc - 19:21

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Ça pouvait simple la manière dont Grantaire disait les choses. Il se contentait d’affirmer à Enjolras qu’il devait juste se relever et ramener tout le monde sous le drapeau qu’il avait levé afin de retourner au combat. Autant dire qu’il ne faisait pas grand-chose en dehors de dire à son ami qu’il devait reprendre le combat tout simplement, mais ce n’était pas aussi simple que ça. Le jeune homme en avait bien conscience, il voyait bien que Enjolras était las, qu’il avait surement besoin de temps pour se remettre des combats qu’ils avaient mené. Grantaire le comprendrait et en réalité, il n’avait pas non plus spécialement envie de le voir repartir dans l’arrière salle du café dans le but de reprendre le combat tout de suite, il appréciait de pouvoir prendre le temps de partager cette bouteille voir même plusieurs en sa compagnie avant qu’il ne reparte.

Est-ce que Grantaire était surpris d’entendre Enjolras lui demander pourquoi il avait rejoint la révolution, le groupe ? Pas réellement, ce n’était pas la première fois qu’on lui posait la question. Louison lui avait posé la question, lui reprochant de prendre tout cela à la légère. Eponine lui avait posé la question. Beaucoup lui posait la question et Grantaire se contentait simplement de répondre la même chose, il n’avait pas vraiment d’autres choses à faire, il aimait le vin, l’ambiance, c’était tout. Ça c’était pour ses participation aux réunions des Amis de l’A B C, mais pour le combat ? Grantaire pourrait très bien répondre légèrement comme d’habitude et c’était même comme ça qu’il commença.

« Je ne l’ai pas toujours moquée, tu exagères bien là mon ami. »
Répondit-il d’un ton léger, comme il avait l’habitude.

Il se sentait plus léger, parce que le vin faisait évidemment effet sur lui et qu’il n’avait plus autant de raison de broyer du noir que lorsqu’il était arrivé dans ce café, en pensant que Enjolras était mort. Maintenant, il le voyait vivant, il se sentait forcément mieux alors il pouvait être plus léger. Mais en même temps, ces morts, ces combats, ce sang, ces batailles… ça laissait des marques. Il y avait un moment où Grantaire ne pouvait pas non plus continuer de se leurrer. Il prit la peine de boire encore dans son verre, savourant ce vin avant de reprendre la parole.

« Je l’ai fait parce que tu as demandé de le faire. » Répondit-il finalement, d’un ton bien plus sérieux. « Tu as le don de rassembler les foules, même moi je me suis laissé prendre à tout ça. » Et bien trop sans aucun doute, bien plus qu’on ne pouvait même l’imaginer, que Grantaire aurait pu l’imaginer avant. Sauf que ce n’était pas comme s’il pouvait continuer de se leurrer, qu’il pouvait continuer de se voiler la face. Il n’avait pu que s’en rendre compte quand il avait cru mourir, parce qu’il avait été prêt à mourir, tout simplement parce qu’il se trouvait avec le jeune homme sous ses yeux. Et il se sentait mieux à l’idée d’avoir survécu parce que le jeune homme avait survécu. « Et je serais capable de le refaire, sans aucune hésitation. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 15 Déc - 19:41


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
E

njolras préféra ne rien répliquer quand Grantaire affirma qu'il n'avait pas toujours moqué la cause qu'il défendait, qu'il exagérait... Certes, peut-être qu'en certaines occasions, ça n'avait pas été le cas, mais dans la majorité écrasante des cas, il ne lui avait pas donné le sentiment de se sentir investi en quoi que ce soit dans la cause. Mais en même temps, il se rendait bien compte qu'il ne savait pas grand-chose de qui était réellement son interlocuteur. Dans tous les cas, il ne pensait pas qu'il y ait cru suffisamment pour que ça en vaille la peine, pour qu'il risque sa vie. C'est cela qu'il cherchait à comprendre. Pour s'être retrouvé face à l'inéluctabilité de la mort, Enjolras pouvait l'affirmer aujourd'hui, même les convictions les plus profondes n'occultaient pas l'angoisse du vide, de la mort. Et pourtant, il avait regardé la mort dans les yeux, à ses côtés.

Pour lui ? C'est ce qu'il comprenait. Parce qu'il l'avait demandé. Ce qui laissait sous entendre aux yeux du chef de file des amis de l'A B C (qui n'était pas sûr de l'être) que si qui que ce soit d'autre l'avait encouragé à rejoindre les barricades, il ne l'aurait pas fait. Il ne savait pas quoi en penser. Il se sentait flatté, c'est vrai, et il réalisait une fois de plus qu'il n'avait su voir en Grantaire qui il était réellement avant l'inéluctable. Mais il se sentait d'autant plus coupable. Car il ne voulait pas que qui que ce soit meure pour lui.

Est-ce qu'il y en avait d'autres qui, de la même manière, s'étaient simplement laissé convaincre par ses discours et avaient combattu pour lui, pas au nom des idéaux de la résistance, mais parce qu'il était éloquent... Oui, il avait le don de rassembler les foules et il le savait, et il s'était servi de ce don pour regrouper le plus de personnes possible. Mais dans son esprit, ce n'était qu'un moyen, un moyen d'ouvrir les yeux... sur une réalité qu'ils observaient tous de manière individuelle, et sans qu'il intervienne. Cette pensée l'avait déjà tourmenté, mais Grantaire venait de le confirmer dans des proportions dangereuses. Entendre Grantaire affirmer qu'il recommencerait si l'occasion lui en était donnée, ça lui serrait le coeur.

-Je ne veux surtout pas te voir risquer la mort à nouveau.
Et il n'avait certainement pas envie de le perdre. Pas pour moi. Je ne veux pas que qui que ce soit meure pour moi.

Considérer que tous ses frères d'armes étaient morts à cause de lui, c'était déjà une épreuve, mais admettre que certains étaient morts pour lui... C'était vraiment, vraiment difficile.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 29 Déc - 19:32

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
C’était évident, Grantaire ne pouvait que le reconnaître. Si Enjolras n’avait pas été celui qui avait dirigé les Amis de l’A B C, c’était évident que le jeune homme ne se serait pas rendu à la barricade. Il ne l’avait pas spécialement avoué jusqu’à présent, mais il le savait aujourd’hui, ça ne faisait pas de doute. Sa mort lui avait semblé plutôt accomplie en mourant auprès de cet homme précis, il n’aurait pas vraiment eu de regret. En même temps, ce n’était pas comme s’il y avait grand-chose à regretter dans son existence. Alors oui, si Enjolras n’avait pas été là, Grantaire ne serait pas venue se battre.

Et il serait prêt à recommencer, si l’homme sous ses yeux le lui demandait. Pas parce qu’il croyait pleinement à cette cause, même si à force il devait bien reconnaître qu’il avait un attachement différent à la révolution qu’ils voulaient mettre en place, mais parce que cet homme précisément le lui demandait. Mais visiblement, ce n’était pas quelque chose que Enjolras acceptait. Grantaire devait bien avouer qu’il ne savait pas réellement comment prendre les propos de son ami. L’homme lui affirma qu’il ne voulait surtout pas le voir risquer sa vie de nouveau. Avait-il peur que quelque chose lui arrive ? Grantaire se sentait touché. Mais il ne pouvait pas être sûr que ça soit simplement parce qu’il craignait que quelque chose lui arrive, peut-être qu’il n’avait juste pas envie d’avoir le fardeau de sa mort sur la conscience.

Mais il précisa qu’il ne voulait pas qu’il meurt pour lui, qu’il ne voulait pas que qui que ce soit meurt pour lui. Grantaire pouvait le comprendre en un sens, ça faisait une grande responsabilité sur ses épaules quand même. Cela dit, le jeune homme était tout bonnement incapable de se mettre à sa place.

« Ils ne sont pas morts pour toi, ils sont morts pour la cause que vous défendiez. »
Dit-il, peut-être encore une fois sur un ton léger.

Comment ne pourrait-il pas parler légèrement ? Alors qu’il était vivant, que Enjolras était vivant et que ses plus grandes craintes avaient été effacées. Il parlait peut-être un peu trop pour les autres, mais il se permettait de croire qu’il était le seul à s’être laissé embarqué sans avoir réellement envie de suivre cette cause. Il l’espérait en réalité.

« C’était… horrible. »
Reprit-il, d’un ton plus sombre, son regard tombant sur le verre encore remplit d’alcool, les images de cette barricade qui lui revenait pleinement dans son esprit. La mort de toutes ces personnes, les cadavres, les blessés, le sang, la crasse. C’était horrible, il n’y avait pas d’autres mots. « Mais… tu sais donner un sens à tout ça. J’ai l’impression que… tout a changé. »

En tout cas, il devait se rendre à l’évidence. Il y avait un avant la barricade, et un après. Plus rien n’allait être pareil et sa vision du monde avait bel et bien changé. En mieux ? Pas dit, mais il ne pouvait pas revenir en arrière de toute façon.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 29 Déc - 20:07


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
E

njolras ne dit rien quand Grantaire lui assura que tous ses camarades n'étaient pas morts pour lui, mais pour sa cause. C'était ce qu'il avait pensé, longtemps, à présent, il n'était plus sûr de rien. Non, il n'avait pas la prétention de penser être un homme exceptionnel, loin de là, il était comme les autres, avec simplement des qualités d'orateur un peu plus grande que la majorité qui lui donnait une place de meneur. Mais alors que Grantaire affirmait qu'il n'aurait suivi personne d'autre que lui, que c'était sa personne et non ses convictions qui l'avaient mené jusqu'aux barricades, forcément, il se posait des questions... beaucoup trop de questions, pour tout dire, parce que c'était peut-être le cas d'autres personnes. Et si Grantaire était mort, il n'y aurait rien à rationnaliser alors, rien du tout. La culpabilité le rongeait, et il ne savait tout simplement plus quoi penser.

Oui, c'était horrible, les barricades, l'odeur de poudre et de sang, les cadavres alignés, les hurlements, le vacarme des canons. Il n'avait qu'à fermer les yeux pour que tout lui revienne à l'esprit, et c'était cauchemardesque, oui, ça avait été horrible. Mais est-ce qu'il avait vraiment su donner du sens à tout cela ? Est-ce que tout avait vraiment changé ? Il n'en était pas sûr du tout. Certaines choses avaient changé, c'est certain, dans son esprit tout du moins. La révolution n'était plus une utopie jamais accomplie, il avait vécu l'insurrection, et s'il pensait y être préparé, rien ne pouvait véritablement vous préparer à ce spectacle... Beaucoup de choses avait changé, à commencer par le regard qu'il se portait à lui-même, et le regard qu'il portait sur ceux qui l'entouraient. Et Grantaire en était, évidemment. Et encore maintenant. Il lui découvrait une force, une volonté et un courage qu'il avait trop souvent remis en question. Il savait aujourd'hui ce qu'il ignorait la veille : il aurait été honoré de mourir à ses côtés, peut-être même plus qu'au côté de n'importe quelautre. Car il faut être vertueux et méritant pour se battre dans la cetitude de la vacuité totale de son geste. Oui, certaines choses avaient changé, et pour de bon. Mais d'autres...

-Tu crois ? Tu penses vraiment que ça avait du sens ? Tu penses vraiment que tout a changé... J'ai l'impression que tout ça n'a eu aucun sens, que rien n'a vraiment changé. Enfin, presque rien...
Il prit une grande inspiration. Qu'est-ce que tu comptes faire, toi ?

Grantaire lui avait posé cette question, comme ils la lui poseraient tous, inévitablement, mais lui, qu'est-ce qu'il comptait faire, à présent ? Est-ce qu'il avait l'intention de reprendre le cours d'une vie plus normale ?! Est-ce qu'il avait l'intention de continuer sur cette voie suicidaire.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 5 Jan - 21:50

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Les barricades étaient un moment horrible, tout simplement. Grantaire n’était pas certain de pouvoir se remettre de ce qu’il avait vécu à ce moment-là, mais en même temps ce n’était pas comme s’il avait le choix que de faire avec… il allait devoir vivre avec, ça allait le hanter, mais il ne pouvait pas faire autrement dans tous les cas. Enjolras ne prit pas la peine de lui répondre verbalement concernant l’horreur de ces barricades, mais en même temps Grantaire n’attendait pas de réponse. Il savait bien que son camarade pensait la même chose que lui. Toutes personnes s’étant retrouvé aux barricades et aillant eu la chance de survivre ne pouvaient que penser la même chose.

Enjolras revint sur le fait qu’il avait affirmé qu’il donnait du sens à ce combat. C’était bel et bien ce qu’il pensait. Il y avait eu des morts oui, ça avait été difficile, mais ça ne voulait pas dire que ça ne voulait rien dire. Grantaire avait le sentiment de ne jamais avoir vu aussi clair dans sa vie. Bon, c’était que depuis quelques minutes, parce qu’avant que son ami ne revienne et qu’il apprenne qu’il était en vie, Grantaire ne pensait définitivement pas à grand-chose. Il se contentait simplement de broyer du noir. En tout cas, Enjolras ne sembla pas de son avis, il ne manqua pas de lui dire d’ailleurs qu’il avait le sentiment que rien n’avait changé ou presque (les morts évidemment), que ça n’avait pas réellement eu de sens. Grantaire pouvait comprendre qu’il pense de cette manière, parce que c’était un coup dur assurément.

Au final, le jeune homme lui retourna la question qu’il lui avait posé précédemment, lui demandant ce qu’il comptait faire. Grantaire devait bien avouer qu’il aurait bien aimé ne pas se retrouver dans cette situation, avec Enjolras qui lui posait une question qui n’avait pas une réponse facile. Parce que clairement, ce n’était pas facile de répondre à une telle question…

« Je dois avouer… que je ne sais pas trop. » Répondit-il sérieux. Il avait pensé à une réponse un peu légère, à plaisanter comme il savait si bien le faire, mais il se disait que la situation ne prêtait pas forcément à ce qu’il plaisante de la sorte. C’était bien la preuve que pas mal de chose avaient changé en effet, il ne savait pas vraiment si c’était en bien ou en mal. « Je pourrais me contenter de me noyer l’esprit dans l’alcool et dans les femmes, comme je fais constamment. » Il avait conscience de ses vices, il buvait beaucoup, trop, il passait beaucoup trop de temps avec les femmes. Mais c’était comme ça, il aimait courtiser. Sauf que ça n’avait pas vraiment de sens, tout ça. « Mais… je n’en ai même pas envie. » Bon, il buvait avec Enjolras en cet instant précis, mais il n’avait pas l’intention de l’abandonner pour la première belle femme venir. En fait, il les trouverait bien fade maintenant. « J’ai l’impression que tout ça n’a plus vraiment de sens maintenant. C’est comme si… j’avais besoin de plus. »

De revoir un peu toute sa vie en réalité.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 5 Jan - 22:05


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
C

ette conversation singulière était l'occasion pour Enjolras et Grantaire de parler à coeur ouvert, chose qu'ils auraient dû faire bien avant l'insurrection, à vrai dire, mais qu'ils n'avaient pas faites, sans même se rendre compte qu'ils en avaient besoin, sans même comprendre qu'ils étaient capable de mieux s'écouter qu'ils ne l'imaginaient. Car oui, ils s'étaient entendus, mais rarement écoutés, cette fois, c'était différent. Parce qu'Enjolras ne regardait plus son ami de la même manière. Il le regardait, et même s'il avait un verre à la main comme à son habitude, il ne voyait pas un ivrogne invétéré, il voyait bien au contraire un homme capable de se battre, et qui avait été prêt à donner sa vie quelques jours plus tôt à une cause qu'il avait estimée désespérée. Alors oui, à présent, Enjolras se demandait très sincèrement ce que son interlocuteur comptait fait. Ce n'était plus des présomptions, c'étaient de sincères interrogations. Tous ses anciens préjugés s'étaient fait la malle, et à présent, il ne demandait qu'à redécouvrir Grantaire, Grantaire qui lui-même avait sans doute besoin de se redécouvrir également, car il n'était plus le même qu'avant. Comme Enjolras lui-même n'était plus l'homme qu'il avait été.

Et Grantaire le lui prouva une fois encore en observant qu'il n'avait plus guère l'intention de se réfugier dans l'alcool ou dans les bras des femmes de passage qu'il avait pour habitude de séduire. Enjolras pourrait lui rétorquer que pour quelqu'un qui ne comptait plus trouver refuge dans l'alcool, il n'en donnait pas spécialement l'exemple en cet instant, mais ce serait de mauvaise foi alors que lui-même sirotait allègrement son verre de vin sans se poser réellement de questions. Leurs retrouvailles et les circonstances justifiaient largement la situation... Ce n'était pas un projet ou un objectif, c'était juste une envie, sur le moment, qu'ils réussissaient à satisfaire, et ce n'était pas rien, car pour ce qui était des autres...

-Et de quoi penses-tu avoir besoin ?
demanda-t-il alors avec intérêt.

Il ne le savait peut-être pas lui-même, mais qu'importe, Enjolras avait envie de l'entendre lui en parler, ne serait-ce que parce que lui-même se posait la question... Il se reconnaissait en lui comme ça n'avait jamais été le cas auparavant. Ne pas pouvoir vivre dans l'instant présent, rechercher quelque chose d'autre, au-delà, vouloir assouvir un dessein supérieur, pas par orgueil mais parce que c'était ce dont ils avaient besoin et ce dont le monde lui-même avait besoin, voilà où ils en étaient, et voilà ce qui, à l'heure actuelle, les rendait sans doute plus proches qu'ils ne l'avaient jamais été. Et de ça aussi, ils en avaient sans doute eu besoin.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeJeu 7 Mai - 12:00

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Si Grantaire était dans son habitude… même si présentement il appréciait la compagnie de Enjolras et il devait bien avouer qu’il l’avait même toujours apprécié plus que quiconque la compagnie de Enjolras, mais il aurait très bien pu se dire qu’il allait profiter d’être en vie pour passer du bon temps en bonne compagnie comme il avait l’habitude de faire. C’était son quotidien, avant tout cela, de boire beaucoup, de passer du temps dans les couches de femmes et de continuer ainsi le lendemain, sans se poser la moindre question. Mais maintenant, l’homme se posait bien plus de question. Enfin… du moins, il devait reconnaître qu’il voyait les choses d’une façon différente. Parce qu’il était là, alors qu’il avait bien cru mourir. Quand ils s’étaient retrouvés tous les deux avec Enjolras devant les soldats, c’était évident pour lui qu’ils allaient mourir. Et en soit, la mort qu’il avait lui suffisait bien. Grantaire avait passé sa vie à bruler la corde des deux bouts, sans se dire que ça pouvait avoir des conséquences parce qu’il n’en avait que faire des conséquences. On pouvait croire qu’il était un bon vivant, mais au final c’était sans doute plus un « bon mort » qu’il était. Il vivait sa vie au jour le jour, sans se soucier du lendemain, sans se soucier de l’avenir, parce qu’il ne s’était jamais réellement vu un avenir.

Et maintenant ? Et maintenant il était là, de nouveau, blessé, meurtri en parti, il avait vu nombreux de ses camarades mourir, mais il était là. Ils étaient là maintenant et donc, Grantaire devait donc réfléchir de nouveau à son avenir. Quand Enjolras lui demanda ce dont il pensait avoir besoin maintenant, Grantaire ne répondit pas tout de suite, se contentant simplement d’observer son camarade en silence pendant un temps. C’était parce qu’il n’avait pas réellement de réponse à cette question. Le jeune homme ne savait pas du tout ce qu’il avait besoin maintenant. Il avait conscience qu’il était en vie, qu’il avait beaucoup de chance d’être en vie comparé à certain de ses camarades qui avaient énormément cru en cette cause et qui en était mort. Lui, n’y avait pas vraiment cru, même s’il s’était quand même rendu sur le champ de bataille, et il s’en était sorti. Il ne savait donc pas ce dont il avait besoin, il commençait un peu à comprendre ce qu’il ne voulait plus cependant.

« Je n’en sais rien. »
Répondit-il honnêtement. Il aimait cette conversation, ça lui faisait un bien fou de pouvoir parler avec Enjolras en cet instant précis, de savoir qu’il était en vie, qu’il lui portait un certain… intérêt. C’était peut-être cela au final, ce dont il avait besoin, d’une personne comme lui dans sa vie, réellement. Ou plutôt, lui tout simplement. « Je crois que j’ai besoin de donner un peu un sens à mon existence. »

C’était clairement bateau comme phrase, mais c’était bel et bien ce qu’il pensait. Sa vie n’avait pas eu vraiment de sens jusqu’à présent, il aimerait bien lui en donner un.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeJeu 7 Mai - 18:14


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
L

a réponse de Grantaire, évidemment incomplète, n'étonna pas Enjolras le moins du monde. Dans ces circonstances douloureuses et exceptionnelles, il était bien difficile de savoir mettre des mots sur ce que l'on ressentait, et plus difficile encore d'en mettre sur ce que l'on désirait. Ces événements avaient tout bouleversé, dans des proportions absolument inattendues, et à présent, ils devaient combiner avec ces pensées sombres, avec le fantôme de leurs amis disparus, avec leurs ambitions éclatées, avec ceux de leurs rêves qui s'étaient brisés... Ce que Grantaire voulait à présent, c'était réussir à donner du sens à son existence. Des mots qu'Enjolras aurait aimé entendre autrefois, et qui lui laissaient à présent un arrière-goût amer, les événements, dans leur infinie violence, avaient eu raison même de l'indolence de Grantaire, et cela en disait long, malheureusement, sur l'état présent de leur situation.

-Je comprends ce que tu veux dire,
répondit le chef de file des Amis de l'ABC en déposant une main amicale sur l'épaule de Grantaire. Si nous ne donnons pas de sens à nos vies aujourd'hui, alors elles nous auront été rendues en vain.

C'était ce qu'il pensait, du moins. C'était une chance infinie pour eux d'être encore en vie, mais qui avait un prix. Ils ne pouvaient prétendre à présent mener des vies normales, ou encore se ranger, reprendre le cours de son existence, comme si l'insurrection ne les avait pas profondément bouleversés, comme si cela n'avait pas modifié de façon presque viscérale leur vision du monde et d'eux-mêmes. D'autres étaient morts dans l'espoir qu'une poignée survive. Ils étaient cette poignée de survivants, et ils devaient se montrer dignes de cette seconde chance que la vie leur avait donnée, même si elle pouvait sembler par instant cruelle, même s'il pouvait sembler parfois plus simple de noyer ce constat dans l'alcool, même si cela voulait peut-être seulement dire ne pas être mort maintenant pour mieux mourir plus tard. Il faut bien que l'on meure. Mais en attendant, il faut bien que l'on vive aussi.

-Tu sais. Notre combat n'est pas gagné et pour cette raison, nos existences continuent d'avoir du sens quoi qu'il advienne. Mais je crois bien...
Il baissa les yeux sur son verre, prêt à des confidences qu'il n'avait encore jamais faite à personne. J'aurais préféré que d'autres survivent à ma place. Car il estimait être celui qui méritait le moins d'être en vie, lui qui les avait tous conduits à la mort, trop sûr de pouvoir changer les choses quand il avait seulement brassé du vent. J'étais prêt à mourir, dit-il alors. Comment aurait-il pu croire, sous le feu des gardes royaux, qu'il ne vivait pas ses derniers instants ? Et j'étais fier de mourir à tes côtés.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 10 Mai - 14:09

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Grantaire n’était pas si sûr que cela d’être compréhensible, mais visiblement Enjolras le comprenait. Il posa une main sur son épaule et posa très clairement les mots qu’il fallait. C’était exactement ça, s’ils ne donnaient pas sens à leurs vies aujourd’hui, alors les grandes puissances divines leur aurait rendues ces vies en vain. Grantaire avait été sûr de mourir à ce moment-là, et ça lui convenait en vérité, mais visiblement le grand seigneur dans le ciel avait décidé qu’il en était autrement. Maintenant, le jeune homme avait le sentiment d’avoir une dette. S’il continuait de vivre comme il avait vécu avant les barricades, ça serait du gâchis. Il ne se préoccupait pas réellement des conséquences en temps normal, mais en même temps maintenant il était quand même question de nombre de leur camarade mort au combat. Il ne pouvait pas faire ça, il ne pouvait pas leur faire ça. C’était un peu étrange pour lui, il allait quand même devoir réfléchir un peu à tout cela, mais il avait vraiment besoin de donner un sens à sa vie. Un vrai sens, qui ne se contentait donc pas d’alcool et de femme.

Enjolras reprit la parole, tourna son regard vers son verre, se confiant comme il ne l’avait jamais fait avant. Grantaire avait le sentiment qu’ils n’avaient jamais parlé aussi pleinement qu’en cet instant précis, aussi intimement. Leur combat n’était pas gagné et pour cette raison, leurs existences continuaient donc d’avoir un sens. Grantaire aimait cette idée, se dire qu’en combattant encore, en prenant peut-être plus au sérieux ce combat, il allait réellement donner un sens à sa vie. Quand il entendit Enjolras affirmer qu’il aurait préféré que d’autres survivent à sa place, le cœur du jeune homme manqua un battement. Il l’avait cru mort et ça avait eu le don de l’anéantir. Il avait cru qu’ils mourraient tous les deux ensembles et se dire qu’il avait pu survivre et Enjolras non, ça l’avait déchiré. Savoir qu’ils avaient une nouvelle chance ensemble, c’était bien plus agréable. Enjolras précisa qu’il était prêt à mourir, ce que Grantaire savait, évidemment qu’il était prêt à mourir. Il se donnait corps et âme à la cause, il avait été prêt à mourir dès le début. Grantaire baissa une seconde son propre regard en l’entendant affirmer qu’il était fier de mourir à ses côtés. Il n’aurait jamais cru entendre ces mots un jour, et pourtant il les prononçait bel et bien. C’était… plaisant, agréable, chaleureux même. Ou alors, c’était juste parce que Grantaire sentait une douche chaleur se répandre dans tout son corps à cette remarque.

« Moi aussi. » Répondit-il sérieusement. Il n’avait jamais aussi sérieux dans sa vie. « Je n’aurais pas pu rêver meilleure mort et j’étais prêt à mourir. Le faire à tes côtés était un véritable honneur. » Ce n’était pas pour rien qu’il s’était approché de Enjolras pour le suivre dans la mort. « Mais je n’aurais pas supporté te survivre. » Ajouta-t-il, sa voix un peu plus tremblante, frôlant cette confidence qu’il ne se faisait pas réellement à lui-même.

Vivre alors qu’il serait mort. Impossible. Mais la question ne se posait pas, ils s’en étaient sorti tous les deux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 10 Mai - 14:40


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
E

njolras ne lisait aucune hésitation dans le regard ou dans la voix de Grantaire. C'était l'évidence, lui aussi le pensait sincèrement, quand il affirmait qu'il n'aurait eu aucun regret à mourir à ses côtés, et le chef de file des Amis de l'ABC le croyait sur parole, sans envisager de remettre en question son discours ne serait-ce qu'un seul instant. C'est que même si les mots manquaient sans doute à exprimer leur expérience commune, ses effets étaient là, bien visibles et inévitables, quelque part. Enjolras n'aurait jamais imaginé la chose possible, pourtant elle était dorénavant on ne peut plus flagrante : leur relation n'était plus la même qu'à l'époque, parce qu'il avait connu Grantaire dans un moment de pure détermination, de pur abandon à la cause. Ils avaient fait face à la mort côte à côte, avait adressé un regard unique à un ennemi qui, le pensait-il, devait avoir raison d'eux. On ne revenait pas d'une telle épreuve indemne. Bien sûr, leurs frères d'armes encore vivants avaient connu les mêmes épreuves... mais ce n'était pas auprès d'eux, directement, qu'Enjolras avait été, et de Grantaire, et pour cette raison, quoi qu'il advienne et quels que puissent être leurs choix, un lien fort, quelque chose que l'on ne dénoue pas, s'était créé entre eux.

Enjolras fut en revanche un peu plus décontenancé quand Grantaire affirma qu'il n'aurait pas supporté de lui survivre. Cela lui faisait se poser la question en retour. Et lui ? Aurait-il été capable de survivre à Grantaire ? Il ne s'était pas vraiment posé la question. Sa culpabilité à son adresse aurait été plus dévorante encore que celle qu'il avait eu concernant tous les autres mais... En fait, il n'en savait rien, il n'arrivait pas à définir vraiment cette situation. Il avait juste le sentiment qu'après tant d'année d'incompréhension totale teintée d'agacement, ils étaient enfin à même de se comprendre vraiment.

-Tu as beaucoup changé
, remarqua Enjolras sans pouvoir s'en empêcher. Il était bien possible qu'il s'agisse là de mots que son interlocuteur n'avait pas réellement envie d'entendre, mais le jeune homme les pensait néanmoins. Il n'y avait plus grand rapport entre le Grantaire qui moquait chacune des réunions auxquelles il se pointait un verre à la main et celui qu'il avait en face de lui. Ou bien c'était Enjolras lui-même qui avait changé ? Les deux étaient bien possibles, à la vérité. Le jeune homme avait bien conscience du fait qu'il n'était plus tout à fait le même qu'avant. Ou bien je n'avais juste jamais pris la peine de te comprendre vraiment.

Ce qui était bien possible. Car s'il l'avait vraiment connu, il l'aurait su capable de se joindre à l'insurrection et de mourir à ses côtés. Il ne l'aurait pas cru à l'époque. Maintenant il savait.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 10 Mai - 18:57

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Au fond, Grantaire ne savait pas vraiment pourquoi il disait ça, mais en même temps il pensait les mots qu’il venait de prononcer. Quand il s’était réveillé, il avait cru que Enjolras était mort, parce qu’il pensait qu’il serait mort de son côté. Et dès lors, il avait eu le sentiment de sombrer dans l’ombre, comme s’il avait perdu une partie de lui-même. C’était intense, beaucoup trop intense, mais le jeune homme se penchait sur ses émotions et c’était ce qu’il pensait. Il aurait été dévasté en apprenant que Enjolras était bel et bien mort, mais que lui avait survécu, alors qu’ils s’étaient retrouvés ensemble dans la mort, qu’ils avaient affronté ces tireurs ensemble. Entendre Enjolras lui affirmer qu’il avait été fier de mourir à ses côtés, ne pouvait que lui rappeler à quel point il avait pensé que sa place était près de cet homme quand il devait affronter la mort.

Et forcément, Grantaire ne pouvait que se poser des questions plus… profondes. Ce n’était pas son habitude, ce n’était pas pour rien qu’il buvait beaucoup d’alcool. Il pensait beaucoup, il réfléchissait beaucoup, il philosophait beaucoup, mais ça n’avait rien à voir avec les pensées profondes qu’il avait présentement sur ce qu’il vivait, sur ce qu’il ressentait… Il disait ça, des mots qui dépasser ses pensées en un sens, il avait parlé sans réfléchissant en se contentant simplement d’exprimer ce qu’il ressentait, comment il voyait les choses. Et oui, très clairement, il n’aurait pas supporté de lui survivre. Et en fait, la raison de tout cela commençait sans doute un peu trop à s’éclaircir dans son esprit, il comprenait… plus ou moins. Cet homme n’avait jamais été un individue banale pour lui, il avait décidé de venir à ces fichues réunions parce qu’il avait été complètement séduit par ses paroles. C’était ça. Grantaire fut quelque peu surpris par la réponse de Enjolras qui lui affirma qu’il avait beaucoup changé, ou plutôt qu’il n’avait jamais pris la peine de le comprendre vraiment. Le jeune homme ne s’était pas spécialement attendu à une réaction comme ça, mais il appréciait.

« Je crois que j’ai changé, un peu. » Grantaire marqua une pause. « Ou je n’avais jamais pris la peine de me comprendre. » C’était le cas aussi. « Mais je me comprends beaucoup plus maintenant, je vois les choses différemment. » Grantaire n’était même pas réellement sûr de ce qu’il était en train de raconter en vérité. Il était bourré en même temps, mais c’était un état constant le concernant, il était constamment bourré en réalité. « En fait je pense que j’ai surtout beaucoup trop bu, ce qui prouve que j’ai pas vraiment changé. »

Ça c’était le reproche classique qu’on lui faisait et qui ne l’atteignait pas vraiment. En même temps, s’il avait dû se soucier de ce que les autres pensaient de lui, c’était évident qu’il ne s’en serait pas sorti dans la vie. Si on pouvait dire qu’il s’en sortait, ce qui n’était pas forcément le cas.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeDim 10 Mai - 19:23


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
G

rantaire confirma le fait qu'il avait sans doute un peu changé. En même temps, il ne faisait aucun doute qu'aucun d'eux n'était le même qu'avant. Tous ceux de leurs frères d'armes qui avaient survécu aux barricades et aux feux des gardes nationaux devaient forcément en être ressortis différents. Grantaire avait prit conscience de la valeur indéniable de l'existence, et des raisons de se battre pour celle des autres, Enjolras avait pris conscience de ses responsabilités en tant que chef de groupe, peut-être Marius prendrait-il conscience de la dévotion qu'il devait consacrer à sa famille, et les autres... tous avaient sans doute eu comme une sorte de révélation, cette nuit-là, au moment de croire que la mort les avait bel et bien frappés de plein fouet.

Grantaire était peut-être un cas plus notable, parce qu'Enjolras considérait qu'il revenait de loin, mais il devait aussi lui reconnaître qu'il l'avait sans doute mal jugé, et ce depuis le début. Il n'avait pas attendu la menace du fusil, ou du canon pour se joindre à leurs rangs. Il avait été là, quand il le fallait, présent à ses côtés. Ce constat avait une valeur puissante pour le chef de file des Amis de l'ABC. Que Grantaire ait changé ou pas, il était certain qu'il ne le verrait plus jamais de la même manière. Et il avait l'intuition que lui non plus ne se verrait plus jamais de la même manière. Dans tous les cas, la nouvelle vision de son ami plaisait à Enjolras, parce qu'elle rejoignait définitivement la sienne. Il n'avait jamais entièrement considéré son interlocuteur comme un ami véritable, jusqu'alors, à présent, c'était le cas. Et au-delà d'un ami, même, un frère sans doute.

Enjolras esquissa un léger sourire. Grantaire et son discours légèrement embrouillés se justifièrent par l'accès de boisson. Il est vrai qu'ils buvaient sans modération depuis les débuts de leur conversation... Preuve que si un des deux avait changé, c'était peut-être Enjolras, qui se restreignait en règle générale à une hygiène de vie bien plus drastique. Mais ce n'était définitivement pas ici et à cet instant qu'il fallait se restreindre... Plus tard, il serait temps d'y songer plus directement et plus durablement. Pour l'instant, Enjolras était d'avis que même un verre de plus ne leur ferait pas nécessairement de mal.

-Tu sais, je dois te reconnaître une chose,
observa le jeune homme qui décida de plaisanter plutôt que de blâmer inutilement son interlocuteur. Le vin que l'on sert ici est vraiment excellent. Il afficha un fin sourire. Mais évite tout de même de t'en servir de prétexte à tout et n'importe quoi, suggéra-t-il, mais pas sur le ton de la réprimande, ce qui lui avait été autrefois coutumiers. Finalement, je suppose que c'est moi qui ai changé.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Guillaume Grantaire
Messages : 407
Date d'inscription : 05/03/2017

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeMer 5 Aoû - 12:20

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation.
Voir Enjolras plaisanter et être moins… rigide qu’à l’accoutumé, ça avait quand même le don de tirer un large sourire sur le visage de Grantaire. En même temps, il n’avait pas spécialement de raison de se retenir de sourire présentement. Il était en vie, l’homme aux belles boucles blondes était en vie, il l’avait cru mort, franchement Grantaire ne pouvait pas demander plus de chose pour être heureux. Il était évident que tous ces évènements auraient une incidence sur eux, ils n’allaient pas être les mêmes qu’avant, mais ce n’était pas grave parce qu’ils étaient en vie.

Le sourire de Grantaire se fit plus grand en entendant Enjolras affirmer que le vin qu’ils servaient ici était plutôt bon. Le jeune homme se mit même à rire à ces paroles. Il n’aurait jamais pensé entendre le chef de fil des Amis de l’A B C dire un jour que le vin du café Musain était plutôt bon, et pourtant c’était bel et bien ce qu’il venait de dire. Même s’il ne manqua pas de faire preuve de son Enjolras attitude – mais d’une manière bien trop légère pour que Grantaire puisse le prendre au sérieux –, en affirmant qu’il ne devait pas s’en servir de prétexte à tout bout de champ. Il n’était évidemment pas en train de le réprimander comme il avait eu bien trop souvent l’occasion d le faire à une époque, quand il doutait très clairement de l’utilité de sa présence à ses côtés.

« Je le reconnais, tu as changé. »
Dit-il, sans perdre son sourire. Il ne disait pas cela sous couvert d’une mauvaise chose, au contraire, Grantaire trouvait ça même particulièrement bien. En soit, le jeune homme n’avait pas forcément besoin que Enjolras soit différent, il le trouvait… parfait comme il l’était en quelque sorte, mais ça ne faisait pas de mal un peu de changement. Ils avaient dû passer par une épreuve vraiment difficile pour ça, mais Grantaire espérait que ça allait juste être des leçons positives qu’ils allaient pouvoir en tirer. Des révélations… positives. Il n’était pas sûr que tout soit positif non plus, mais, disons que c’était bien aussi un peu d’ouvrir les yeux sur la vérité. « Mais ne décide pas trop de changer non plus, on va avoir besoin de toi en forme ! Et moi je m’ennuierais vraiment si tu décidais de ne plus être notre fameux leader intransigeant. Plus personne ne viendra me remonter les bretelles sinon ! » Grantaire se mit de nouveau à rire, se laissant emporté par l’euphorie de l’alcool qu’il avait bu en grande dose. « Et promis, je te ferais boire encore du vin mais en cachette, sans le jugement des autres ! »

Quoi ? Pourquoi ils ne pourraient pas juste passer plus souvent du temps tous les deux ? Le moment qu’ils partageaient maintenant était agréable non ? Ils pourraient très bien remettre ça à un moment encore, continuer de partager du vin mais en dehors des futurs réunions des Amis de l’A B C.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Abc10
Etienne Enjolras
Messages : 2702
Date d'inscription : 07/02/2015

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitimeMer 5 Aoû - 12:47


Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation
E

njolras ne prit pas ombrage des propos de Grantaire quand ce dernier confirma le fait qu'il avait bel et bien changé. Il n'attendait pas d'être contredit. Et d'ailleurs, il n'avait pas réellement envie d'être contredit. Il avait changé, c'était un fait, et même s'il se sentait perdu, même s'il ne savait pas vraiment quoi faire ni vers où se diriger, il savait du moins que par certains aspects, il était une bonne chose qu'il ne soit plus l'homme qu'il était autrefois, en tout cas en partie. Il ne voulait plus être cet homme si borné et pétri de certitudes qu'il était capable d'envoyer tous ses amis à une mort et une souffrance certaines sans sourciller, en ne prenant conscience de ses actes qu'une fois l'horreur passée.

Certes, il resterait tout de même borné et pétri de certitudes. L'insurrection lui avait pris beaucoup de choses mais n'avait pas pour autant éteint la flamme qui brûlait en lui, et qui le sommait de se battre encore et d'agir pour protéger les siens, pour défendre sa patrie et les valeurs de la République. Il n'était pas certain d'être un chef digne de ce nom, c'est un fait, mais il savait en revanche qu'il serait bien incapable de ne pas défendre bec et ongles la cause qui le portait. Sans cela, quel but donner à son existence ? Et quelle consistance donner à la mort de ceux qui avaient sacrifié leurs existences à leurs idéaux. Il n'avait pas dit son dernier mot, il n'était seulement plus certain de comment le dire. Face aux gardes nationaux, alors qu'il regardait la mort droit dans les yeux, Grantaire à ses côtés, il avait vraiment cru que c'était là, son dernier mot... Et sans doute que ça lui aurait plu. Cela lui aurait plus de mourir sans réaliser qu'il mourait pour rien. Bêtement, naïvement.

Il se contenta d'afficher une fine esquisse de sourire aux propos de Grantaire. Même un événement aussi traumatisant ne le changerait pas du tout au tout. Intransigeant, il le demeurerait sans doute. Chef de file, en revanche, il n'en savait en réalité trop rien. Il était, à l'heure actuelle, bien incapable de savoir que répondre précisément à cela et choisissait par conséquent, preuve encore qu'il changeait, de se focaliser sur ce qui au fond se révélait bien moindre et beaucoup plus futile.

-Ce sera avec plaisir,
répondit Enjolras avec un fin sourire quand Grantaire suggéra qu'ils pourraient toujours boire en cachette des autres tous les deux. Bien sûr, il ne comptait pas en abuser, mais c'était plutôt une autre manière de marquer une étape neuve dans leur amitié, qui définitivement ne ressemblait plus et ne ressemblerait plus jamais à ce qu'elle avait été. Ce qui s'est passé cette nuit, je ne l'oublierai jamais, Grantaire. Nous avons fait affronté la mort ensemble, côte à côte, je crois que ce moment nous a liés. Il le ressentait, c'était étrange mais certain en même temps. Tu es plus qu'un ami pour moi dorénavant. Tu es un frère.

code by Mandy


_________________


Etienne Enjolras
La France est grande parce qu'elle est la France. Quia nominor leo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] Empty
Message#Sujet: Re: Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]   Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est pas une révolution, c'est une révélation [pv Grantaire :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les beaux quartiers :: Quartier latin :: Le café Musain-