-37%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur Rowenta Balai RH9059WO Air Force 360
169.99 € 269.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeLun 20 Mai - 16:33

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer s’habituait peu à peu à la vie à Paris, en même temps, ce n’était pas non plus une épreuve. Surtout que la vie à Paris était assez paisible, même si elle n’était pas parfaite. Le jeune pasteur était conscient que la vie était très difficile pour certains, et que beaucoup souffraient de famine et de misère. Il ne pouvait rien pour eux, si ce n’est les encourager à croire en la miséricorde de Dieu. Il était certain que le Seigneur, finirait par leur venir en aide. Lui-même n’était pas fortuné, et il ne devait sa vie confortable qu’à la gentillesse et la bonté de son beau-père, ce dont il lui était immensément reconnaissant, soit dit en passant. Il ne manquait d’ailleurs jamais de prier pour lui.

Quoiqu’il en soit, d’un point de vue monétaire, Ebenezer ne pouvait rien faire. Il pouvait juste leur apporter une aide d’un point de vue spirituel et religieux. Même si au final, on ne lui accordait pas forcément beaucoup d’importance. Parce qu’il était pasteur, et non prêtre. Ils n’étaient pas habitués ici, et d’ailleurs, jadis les protestants avaient été chassé du royaume de France, ou massacrés. Mais il ne gardait aucune rancune, ce n’était pas ce qu’il voulait apporter. Nulle vengeance, et nulle rancœur. Juste un amour de l’humanité, et une certaine élévation de l’esprit et du corps.

Quoiqu’il en soit, et même si sa religion n’était pas répandue ici, Ebenezer ne la cachait pas. Au contraire. Et en plus de cela, il avait vraiment à cœur d’en apprendre plus sur les croyances françaises. Les deux religions étaient vraiment proches, très proches, et c’est pour cela qu’Ebenezer avait vraiment envie de percevoir les détails qui les séparaient, en plus des règles plus flagrantes. Comme par exemple le fait que les hommes d’église catholiques ‘n’avaient pas le droit de se marier, et que les femmes ne pouvaient pas officier non plus. Quoiqu’il en soit, il était toujours heureux de découvrir de nouvelles choses.

Il se rendit à Notre-Dame, qui soit dit en passant, était une cathédrale absolument magnifique. S’il n’y avait pas de temple protestant, il avait tout de même besoin de se retrouver dans une maison de Dieu. Il marcha calmement dans les allés sans faire de bruit, observant les différents vitraux qui s’illuminaient à la lumière. Il aperçut ensuite Claude Frollo plus loin, l’archidiacre de la ville, et entreprit d’aller le saluer poliment.

« Bonjour mon père. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeLun 20 Mai - 18:41


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
E

n-dehors des heures de messe, la cathédrale de Notre-Dame de Paris était certes régulièrement fréquentée, mais bien moins assidument, et il pouvait bien arriver, à certains moments, que l'immense édifice soit vide de toute présence humaine. C'était dans ces instants-là que Frollo aimait le mieux fréquenter cette église, il se retrouvait seul à seul avec son créateur, et il avait le sentiment de ne pas avoir à le partager avec tous les manants à proximité. Pensée égoïste dont il lui fallait aussitôt se repentir, mais qui n'était de loin pas la pire pensée dont il ait tendance à se rendre coupable, ces temps derniers...
pensées qu'il tentait d'étouffer à présent sous des monceaux de livres en tous genres, plus que jamais consacré aux dernières études scientifiques et théologiques qui avaient pu être imprimées.

On se défend comme on peut du mal qui nous ronge. Malheureusement, ce n'était pas toujours efficace, même très rarement, à son grand dam... Et plus son esprit s'en éloignait, plus son être physique se rapprochait au maximum de Dieu. C'est pour cette raison qu'il quittait le moins possible Notre-Dame, plus que ce que ses obligations d'archidiacre ou ses visites régulières à Quasimodo ne devraient le nécessiter. Et c'est pour cette raison que, venant de laisser le sonneur de cloches de Notre-Dame à son repère, il était revenu au coeur de l'édifice religieux pour méditer un peu, prier plus encore, et profiter du calme qui régnait en ces lieux à cette heure.

Il n'y avait effectivement pas grand monde en ces lieux, et personne pour songer à perturber la sérénité des lieux. Seuls quelques fidèles qui n'avaient d'autre loisir et préoccupation que de prier avec la ferveur qui animent les âmes les plus croyantes. Frollo comptait bien laisser son âme à lui se mêler à celles des autres, et être acceptée de Dieu au-delà de ses reproches. Après tout, ceux qui venaient ici le plus couramment, n'était-ce pas ceux à la foi indéniable mais à la conscience impure, qui devaient passer chaque jour le plus de temps sur ces bancs, en communication avec le Très-Haut ? Il avait tendance à le penser.

Il fut finalement tiré de sa méditation par un jeune homme qu'il rencontrait pour la première fois et qui le salua avec tout le respect lié à son rang. L'archidiacre le salua tout aussi poliment.

-Bonjour. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous, mon fils ?





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeJeu 11 Juil - 22:00

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer avait toujours été un garçon curieux, et ce depuis qu’il était enfant. Ebenezer avait toujours eu envie de savoir comment les choses fonctionnaient, comment la nature arrivait à créer d’aussi belles choses, des créatures extraordinaires. Il était encore jeune, et même s’il avait acquis une certaine situation, il restait tout autant émerveillé devant la vie, devant la nature, devant ce dont était capable de créer les hommes. L’homme était bien l’entité la plus complexe créée par Dieu. Même si le Seigneur avait dicté ses lois, Ebenezer ne pensait pas qu’il fallait s’y cantonner bêtement, il fallait comprendre les choses. Savoir pourquoi on agissait de la sorte, et non pas simplement suivre le troupeau. Il fallait savoir réfléchir par soi-même tout en communiant avec le reste des personnes environnantes. C’était ce qu’il pensait.

D’ailleurs, quand il officiait encore, il avait toujours encouragé le débat, et l’échange entre les différents membres de la communauté. Le dialogue était une des choses les plus importantes, et il ne fallait surtout pas le négliger. Il n’avait jamais voulu prêcher pour que tous l’écoutent bêtement, mais avait préféré faire réfléchir les fidèles, les amener à la réflexion intérieure pour qu’ils puissent ensuite en parler. En groupe, seul à seul, qu’importe. Maintenant, Ebenezer n’officiait plus, puisqu’il s’était installé à Paris avec son épouse, mais il avait toujours ce désir d’en apprendre plus, et d’échanger avec ceux qui l’entouraient. Surtout qu’il avait de nombreuses choses à apprendre sur la France et Paris particulièrement.

Déjà sur l’architecture. Il n’avait jamais vu un bâtiment comme la cathédrale de Notre-Dame et il était vraiment époustouflé. Que ce soit d’intérieur ou d’extérieur, le bâtiment était magnifique, et il ressentait toutes les vibrations religieuses qui émanaient de ce lieu saint. Même s’il n’était pas de foi catholique, il restait ouvert. D’autant plus que le catholicisme était très proche du protestantisme, mais encore une fois, son savoir était limité à ce qu’il avait lu, et il était curieux d’avoir la vision d’un véritable maître en la matière. Et qui de mieux qu’un archidiacre pour lui en parler ? Si ce dernier le voulait bien, bien entendu.

Il avait donc commencé par le saluer, l’homme ne devait probablement pas le connaître, ce qui était tout à fait normal, et Ebenezer n’avait entendu parler de Claude Frollo que de réputation, et ce depuis qu’il était arrivé à Paris, il n’y a pas si longtemps que cela.

-Bonjour. Y a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous, mon fils ?

Il lui adressa un sourire poli et avenant. Cet homme semblait accessible, c’était une bonne chose. Ebenezer ne voulait pas non plus le soustraire à ses fonctions, mais la cathédrale n’était pas très peuplée à cette heure-ci, et l’homme ne semblait pas occupé. Il espérait donc qu’il pourrait lui accorder quelques instants, afin qu’ils puissent s’entretenir un peu sur diverses choses.

« Je l’espère. Je me nomme Ebenezer Caudray, je suis pasteur anglican. J’ai entendu dire que vous étiez un homme de savoir et j’aimerais pouvoir m’entretenir avec vous, tout du moins, si vous n’êtes pas occupé. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeVen 12 Juil - 23:14


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
L

e jeune homme se présenta sous le nom d'Ebenezer Caudray. Soit, ce nom ne disait rien à l'archidiacre, mais il ne saurait prétendre qu'il connaissait le tout-venant parisien, même si, dans sa position, l'on finissait par croiser une vaste majorité de la faune de la capitale, qu'elle soit pieuse ou pêcheresse. L'information qu'il ajouta était en revanche bien plus intrigante. Ebenezer Caudray était prêtre, mais un prêtre anglican. Frollo fronça les sourcils. Voilà qui était intrigant. En catholique converti et convertissant, sa religion, en dépit du lien étroit qu'elle entretenait avec l'anglicanisme, lui était presque naturellement opposée.

Mais loin d'être rebuté par ce que lui apprenait son interlocuteur, Frollo se sentait surtout curieux. La religion anglicane était l'apanage des dévôts outre-Manche. L'homme devait venir de loin. Et Frollo se posait naturellement beaucoup de questions sur la foi qu'il professait et ce qui la distinguait de celle qu'il proclamait pour sa part. Le jeune homme était aimable, il n'y avait pas une once d'animosité dans son propos ou dans le ton de sa voix, et Frollo avait du temps devant lui, et il était tout aussi intéressé par une conversation que saurait l'être en retour son interlocuteur.

Frollo n'était fermé à aucun savoir. Il avait ses certitudes, sa foi profonde n'était pas à remettre en cause (contrairement à son intégrité, qui se devait de l'être parfois), mais il s'intéressait malgré tout aux religions autres, et à ce qu'elles sous-tendaient. Il n'était en rien fermé au dialogue, par conséquent, bien au contraire. Surtout s'il devait être civilisé et courtois, et il avait l'intuition qu'ils sauraient tous les deux l'être. Pour le moment, en tout cas.

-J'ai tout mon temps,
lui assura-t-il dans un hochement de tête. Suivez-moi, dit-il pour le mener dans le modeste bureau qu'il avait mis en place dans les hauteurs de la cathédrâle, où il leur serait plus simple de parler. Dites-moi, que vient faire un pasteur anglican à Paris ?

De toute évidence, il était loin de chez lui. Est-ce que ça voulait dire qu'il n'était que de passage à Paris, où se trouvait-il ici pour une raison particulière ? Il était curieux de le découvrir.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeDim 18 Aoû - 18:19

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Jusqu’ici, Ebenezer n’avait connu aucun souci du fait qu’il n’était pas de foi catholique. Evidemment, ce n’était pas écrit sur sa figure qu’il était protestant, mais à chaque fois qu’il l’avait annoncé, il n’avait jamais essuyé de désapprobation ou quoique ce soit d’autre, et il en était content. Dans une ville comme Paris, cela aurait très bien pu se produire. Après tout, les protestants avaient été chassés de France à une époque, mais bon, tout cela semblait révolu, et c’était une bonne chose. Il ne pensait pas que Claude Frollo se ferme à la discussion pour cette raison. De ce qu’on lui avait dit, c’était un homme qui aimait apprendre, et qui était assez ouvert d’esprit, alors le jeune prêtre avait choisi de tenter la chose.

En tout cas, une conversation avec l’archidiacre intéressait beaucoup Ebenezer, et c’était justement la raison de sa présence dans la cathédrale. En plus du fait qu’il trouvait vraiment le bâtiment d’une beauté sans précédent. Un vrai bijou architectural, donc les Parisiens devaient être plus que fiers, et avec raison. Cela devait être un vrai bonheur d’officier ici, il n’en doutait pas une seule seconde.

L’homme d’église en face de lui ne semblait pas rebuté en tout cas. C’était une bonne chose. Ebenezer était un homme tolérant, il n’avait jamais repoussé un Homme pour ses convictions religieuses ou autres, enfin dans les limites de l’acceptable évidemment, mais il ne pensait pas que l’on devait juger un homme pour sa foi. Après tout, tant que l’on priait, et que l’on se comportait bien, il ne voyait pas quel mal cela pourrait faire. Surtout que protestants et catholiques étaient deux religions sœurs.

-J'ai tout mon temps. Suivez-moi.

Avec un sourire poli, le pasteur suivi le prêtre calmement. Il était content de pouvoir discuter avec lui, il ne doutait pas que leur conversation serait des plus intéressantes. Il ne manqua pas de toujours observer les trésors de Notre-Dame, observant les changements de décors, la finesse des vitraux, les courbes des pierres, enfin, tout ce qui faisait les lieux. Ce n’était pas la première fois qu’il venait, mais il était toujours autant impressionné dès qu’il entrait dans la cathédrale.

-Dites-moi, que vient faire un pasteur anglican à Paris ?

Il est vrai que la question était légitime. Les pasteurs anglicans, cela ne devait pas courir les rues de Paris, Ebenezer n’en avait même jamais rencontré d’autre depuis qu’il était arrivé ici. Dans tous les cas, il comprenait qu’on lui demande ça. En fait, on lui posait sans cesse la question à chaque fois qu’il disait venir d’ailleurs. De toute façon, ce n’était pas un secret, mais cela pouvait étonner lorsqu’on n’était pas habitué. Le fait qu’il soit religieux et marié, il savait que c’était interdit pour les catholiques.

« Je suis originaire de l’île de Guernesey. J’ai déménagé ici il y a peu de temps, parce que le père de ma femme vit ici. Et nous avons décidé de le rejoindre. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeLun 19 Aoû - 15:41


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
L

e jeune homme venait de l'île de Guernesay. Frollo saurait placer l'île sur la carte, il s'intéressait assez à la géographie pour cela, mais il n'en savait pas grand-chose de plus. Il ignorait ce qu'était la condition sociale et politique de cette île, tout comme il serait bien incapable, à partir de cette seule information, de savoir exactement ce qui avait pu motiver le pasteur anglican à poser ses valises à Paris. Mais il n'avait pas à se poser la question bien longtemps. Il lui apprit que son beau-père avait décidé d'emménager dans la capitale française, et donc, le pasteur et son épouse l'avaient suivi. Et son épouse, oui, car c'était l'une des distinctions les plus remarquables entre leurs deux professions. Les pasteurs, eux, avaient droit de se marier. Frollo n'était pas certain d'apprécier cela, pour tout dire.

En ce qui le concernait, il estimait que la dévotion au Très-Haut exigeait une abnégation totale. Impossible, en conséquence, de partager l'amour de Dieu avec n'importe quel autre humain. Impossible sur le principe en tout cas. En vérité, il siérait bien davantage à l'archidiacre de pouvoir également se marier, il aurait ainsi pu résoudre quelques anciennes frustrations qui à présent se manifestaient sous un jour absolument intolérable, et qu'il ne supportait pas lui-même. Cela dit, ce n'était pas forcément un point qui devait être au coeur de leur discussion. En tout cas, c'était ce que choisissait de penser l'archidiacre, même s'il ne savait pas encore quelle serait la teneur de leur discussion.

-Je vois,
se contenta-t-il de répondre sans aposer d'opinion précise sur la situation. En même temps, il ne se permettait pas d'en avoir, il ne connaissait pas encore suffisamment son interlocuteur pour cela. En revanche, il était très curieux d'en apprendre davantage, à commencer par les raisons de sa venue, ce qui l'avait poussé plus précisément à se rendre jusqu'à Notre-Dame pour venir à sa rencontre. Alors, ajouta-t-il presqu'aussitôt, de quoi vouliez-vous vous entretenir avec moi exactement ?

Il se doutait qu'il devait avoir des questions spécifiques à lui poser, ou une raison précise, du moins, d'être venu à sa rencontre, et il était curieux d'en apprendre davantage. L'échange entre eux pourrait bien se révéler particulièrement instructif. Ils avaient sans doute beaucoup à apprendre l'un de l'autre et de leur appréhension respective de la religion.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 30 Oct - 16:55

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer était bien content de pouvoir discuter avec l’archidiacre. Il avait entendu beaucoup de bien de cet homme de la part des parisiens, et il ne doutait pas de leur avis, même s’il comptait bien se faire également sa propre opinion sur la chose, ou plutôt sur l’homme. Mais il présentait bien, en tout cas, il lui inspirait confiance. Ce n’était pas bien difficile, parce qu’Ebenezer avait tendance à laisser sa chance à tout le monde. Il était comme ça, il ne voyait pas pourquoi il devrait changer sa façon d’être, après tout, il préférait avoir une vision plus positive plutôt que négative des choses et des gens, surtout lorsqu’il ne connaissait pas. Mais bon, cela n’avait pas une si grande importance au bout du compte. Il était content de pouvoir apprendre à le connaître, surtout que l’homme d’église semblait apte à discuter avec lui, ce qui était une chose positive.

Il n’éprouvait pas de gêne particulière à annoncer qu’il était marié. S’il savait que dans la religion catholique, les servants du culte devaient rester chaste, Ebenezer ne voyait pas les choses ainsi, mais il respectait les autres opinions bien évidemment. D’autant plus qu’en finalité, il n’avait connu que Déruchette, et ne connaîtrait qu’elle. Elle était son épouse et il ne comptait pas en changer. Mais ce n’était pas le sujet de la conversation, d’autant plus que l’autre homme ne fit pas de commentaire là-dessus. Même si ce n’était pas quelque chose sur laquelle Ebenezer aurait été mal à l’aise de parlementer.

-Je vois. Alors, de quoi vouliez-vous vous entretenir avec moi exactement ?

Ebenezer n’avait pas de sujet de prédilection, il avait juste envie de discuter de choses et d’autres. Mais il était tout de même normal que Frollo pose la question. Après tout, c’était lui qui était venu le trouver alors c’était logique, mais Ebenezer n’avait pas d’envie particulière. Sinon celle d’en découvrir plus sur Paris, la Cathédrale, et la religion catholique plus globalement. Il la savait différente et proche de la sienne, mais il ne connaissait pas vraiment les détails.

« On m’a dit que vous étiez un homme cultivé, et que l’on pouvait parler de tout avec vous. Néanmoins, il est vrai que j’aurais aimé en savoir plus sur votre foi, surtout l’aspect qui diffère de la nôtre. Nos deux religions ont les mêmes fondements, mais je trouvais cela intéressant de pouvoir en connaître les divergences et les convergences. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 30 Oct - 17:21


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
L'

archidiacre afficha un fin sourire modeste quand son interlocuteur lui apprit avoir eu vent de son intelligence, ou du moins du fait qu'il était un homme de conversation et cultivé. L'orgueil ne saurait être l'apanage d'un homme d'Eglise, et Frollo refusait par conséquent de tirer fierté de ses connaissances, qui lui étaient acquises avec assez de naturel, fruit d'une curiosité qu'il avait su canaliser, pensait-il, de la meilleure des manières.

Il serait péché, bien sûr, de s'enorgueillir de ce qui pouvait passer pour un compliment de la part du prêtre anglican, mais il serait également péché de mentir et de prétendre, sous couvert de fausse modestie, qu'il n'était au fond pas si cultivé. Homme de lettres et de sciences, il puisait dans les nombreux ouvrages qui composaient sa bibliothèque personnelle une source infinie d'observations et de faits, qu'il admettait pour certains et questionnait pour d'autres. En tous les cas, c'était un fait, oui, et entièrement observable à plus d'un titre : il appréciait opposer son opinion à une autre, pour peu qu'elle permette de permettre une discussion véritablement digne d'intérêt, et puisque M. Caudray semblait animé de la même soif de savoir et de découvrir que lui, ils devraient parfaitement bien s'entendre.

-Je ne me prétendrais pas expert en la matière,
répondit Frollo, j'ai à vrai dire bien des choses à apprendre sur l'exercice de votre religion. J'en connais l'origine et j'en sais l'histoire, mais je ne saurais précisément détailler ces différences qui la rendraient si distinctes de la nôtre. Je sais certaines choses cependant. J'ai ouïe dire par exemple que vous ne reconnaissiez pas l'autorité et la suprématie de notre saint père.

Par saint Père, il évoquait le pape Gregoire XVI. C'était une des grandes différences les plus remarquables entre leurs religions, et forcément, elle intriguait beaucoup Frollo. Leurs rapports à la Bible, également, était très différent, mais chaque chose en son temps... en attendant, l'archidiacre aimerait savoir quelle était l'opinion de son interlocuteur sur l'autorité religieuse suprême qui n'était pas reconnu par les siens... Il pressentait d'avance que cette discussion serait en tout cas forte d'enseignements et enrichissante. Et qui plus est, elle serait en mesure de se faire dans le respect de leurs convictions respectives.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeSam 28 Déc - 19:47

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer n’avait aucun intérêt à flatter son interlocuteur. Il rapportait juste ce qu’on lui avait dit, et il ne doutait pas que l’homme en face de lui était en effet un homme cultivé. Il ne le connaissait pas encore, mais il le sentait. Il paraissait en tout cas avoir de la conversation, et le jeune pasteur espérait en effet que c’était le cas. Il avait envie de débattre, d’échanger des arguments, le tout dans une profonde bienveillance, bien entendu.

Et puis, cet homme était comme lui, un homme de foi. Même s’ils ne suivaient pas les préceptes de la même religion, Dieu leur était commun, tout comme l’amour de l’humain et du Seigneur. Ebenezer n’avait pas eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’hommes de foi durant sa vie, il faut dire qu’à Guernesey, il n’y avait pas non plus beaucoup d’habitants, mais peu importe. Il en avait l’occasion aujourd’hui, et il espérait bien pouvoir profiter de cette chance qui lui était donnée. Il ne voulait pas non plus arracher Mr. Frollo à ses obligations, ou lui forcer la main bien évidemment. Si ce dernier ne voulait pas parler, il le comprendrait, mais cela ne semblait pas être le cas, et c’était une très bonne chose.

-Je ne me prétendrais pas expert en la matière, j'ai à vrai dire bien des choses à apprendre sur l'exercice de votre religion. J'en connais l'origine et j'en sais l'histoire, mais je ne saurais précisément détailler ces différences qui la rendraient si distinctes de la nôtre. Je sais certaines choses cependant. J'ai ouïe dire par exemple que vous ne reconnaissiez pas l'autorité et la suprématie de notre saint père.

Ebenezer hocha calmement la tête, il avait en effet été bien renseigné sur le sujet. Les protestants ne reconnaissaient pas l’autorité pontificale, et cela pour deux raisons. Il savait pourtant que le pape représentait une très grande autorité dans le catholicisme, et que la religion était quelque peu calquée sur ce qu’il disait. Il n’était pas là pour désigner qui avait tort et qui avait raison, chacun avait ses croyances, Ebenezer avait appris les siennes, et Claude d’autres. Mais cela ne signifiait pas que l’un était meilleur que l’autre. En tout cas, Ebenezer ne jetait pas la pierre à ceux qui s’inclinaient devant Gregoire XVI.

« C’est exact. Nous nous basons sur deux préceptes. Ecclesia semper reformada pour la première, affirme que les institutions ecclésiastiques demeurent humaines et peuvent se tromper, ce qui nous pousse à rejeter l’infaillibilité pontificale. Et pour le second, nous nous servons du sacerdoce universel, qui dit que tout baptisé est prophète, prêtre et roi et donc qu’il n’existe pas de hiérarchie au sein de l’Eglise, ce qui nous ramène au refus du pouvoir plénier, suprême, immédiat et universel du pape. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeSam 28 Déc - 20:55


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
F

rollo pouvait reconnaître (mais pas trop fort tout de même) que la religion que professait son interlocuteur aurait tout à fait pu être celle qu'il aurait décidé de suivre et inculquer si elle était monnaie courante en son pays. En soi, il n'estimait pas qu'être homme d'une Eglise ou d'une autre ferait une grande différence. Beaucoup s'offusqueraient de cette pensée, pourtant il le pensait réellement. Il avait ressenti l'appel du Très-Haut, et sa vocation avait été pour lui la plus grande évidence. Il avait suivi le parcours classique qui mène au statut d'archidiacre, car c'était ici la façon logique pour Frollo de suivre la voie qu'il estimait être la sienne, mais s'il était né et avait grandi en Angleterre, il aurait sans doute pu se retrouver à la place d'Ebenezer, et peut-être même s'y serait-il miêux retrouver. Même s'il n'avait aucun regret. Ou presque.

Il comprenait - et une fois encore, mieux vaudrait que ses pairs n'entendent pas le fond de sa pensée - ce rejet de l'autorité pontificale. Il aurait sans doute était plus intransigeant et radical il n'y a pas si longtemps que cela, mais ces derniers temps, il ne pouvait qu'admettre que l'humain était par trop faillible. Il avait voulu penser que la vocation chrétienne annihilait non pas toute humanité, mais du moins les faiblesses qui caractérisaient les êtres humaines. Mais à l'heure où il était rattrapé par ses propres faiblesses, il devait admettre qu'aucun humain, sans doute - y compris le pape en personne, peut-être, n'était véritablement infaillible. Pour ce qui était de croire en l'absence de hiérarchie au sein de l'Eglise, il avait en revanche bien plus de réserves. Il estimait qu'il fallait un berger pour guider chaque troupeau, et une structure pour s'assurer du bon travail de ces bergers. Et non, à ses yeux, ce n'était pas un constat péjoratif, ni pour les hommes d'Eglise, ni pour leurs ouailles.

-C'est une position qui se défend,
voulut bien admettre Frollo, qui avait surtout d'argument à opposer à ce système ceux qui lui étaient inculqués par son éducation et la seule force de l'habitude, rien d'autre. J'ai également cru comprendre que votre interprétation des saintes écritures différaient en quelques circonstances drastiquement de la nôtre.

Notamment pour ce qui était du voeu de chasteté imposé par l'Eglise catholique, et l'autorisation du mariage.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeJeu 30 Jan - 19:39

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Le jeune pasteur était vraiment heureux de pouvoir discuter avec l’archidiacre. Il constatait que cet homme avait vraiment de la culture. Il savait de quoi il parlait, même s’il ne maîtrisait pas le sujet. De toute évidence, il s’était tout de même renseigné sur le protestantisme, c’était une bonne chose, aux yeux d’Ebenezer. Au moins, la conversation serait plus rythmée. Il ne parlait pas de débat, parce qu’il n’avait pas envie de convaincre l’autre. Il voulait simplement échanger des avis, des connaissances, dans la bienveillance la plus totale. Et pour le moment, il devait bien admettre qu’il était servi. Pour son plus grand plaisir. Ebenezer était un jeune homme bavard, mais pas pour ne rien dire. Il aimait exposer ses idées, débattre, échanger, et il sentait qu’il était avec l’homme qu’il fallait. Claude Frollo semblait vraiment être quelqu’un de sympathique, et il attendait vraiment beaucoup de cette conversation, en termes d’enrichissement, de connaissances et personnelle.

Même s’il connaissait les préceptes principaux du catholicisme, s’il pouvait apprendre deux ou trois subtilités au cours de la conversation, il ne s’en porterait pas plus mal. Mais il verrait bien au fil de la discussion, il n’avait pas envie de forcer les choses, bien évidemment. Il respectait les différences majeures entre leurs deux religions. Il n’était pas là pour convertir l’archidiacre, ou estimer qui avait raison, chacun avait ses croyances, et il n’avait aucun souci avec ceux qui pensaient différemment de lui. Tant que cela ne faisait de tort à personne, on pouvait bien croire à ce que l’on voulait. C’était ainsi qu’il voyait les choses. D’autant plus que dans ce cas précis, ils avaient le même dieu, c’était seulement leurs eusses et coutumes qui différaient, ce qui était de même assez bénin. Cela pouvait ne pas l’être pour certains mais Ebenezer était tout de même quelqu’un de très tolérant, on ne pouvait pas dire le contraire. Et le jeune pasteur estimait que c’était même une très bonne chose.

-C'est une position qui se défend. J'ai également cru comprendre que votre interprétation des saintes écritures différaient en quelques circonstances drastiquement de la nôtre.

Ebenezer hocha la tête. Encore une fois, c’était la vérité. Chez les protestants, ils avaient un autre regard sur beaucoup de choses, notamment le rôle de la femme. Hommes et femmes étaient égaux, car ils étaient avant tout chrétiens.

« En effet. Toujours selon le socerdoce, les hommes et les femmes sont égaux tant qu’ils sont chrétiens. Et nous pouvons nous marier. Nous les pasteurs, parce que nous ne sommes pas des prêtres et ne relevons donc pas du sacré. Nous sommes des hommes comme les autres, nous avons une vocation, des compétences est une formation mais c’est tout ce qui nous différencie. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeJeu 30 Jan - 19:59


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
F

rollo envierait-il son interlocuteur, lui que sa religion, en dépit des voeux qu'il avait formulés et de son dévouement religieux, avait pu prendre femme ? Il n'oserait l'exprimer ainsi, pas même le penser. Les hommes d'Eglise tels que lui avaient l'Eglise pour épouse, et devaient y demeurer fidèles. C'était un fait qui trouvait des justifications alambiquées, qui tenaient parfois davantage d'un climat politique spécifique à un moment t que du contenu des saintes écritures, mais c'était un fait que Frollo avait accepté par principe et sans faillir. Car il estimait que la place qu'il tenait, et le rôle qu'il se devait d'endosser auprès de ses ouailles exigeait, justement, qu'il ne soit pas considéré en humain comme les autres. Pas parce qu'il serait l'égal du Dieu qu'il vénérait, non, mais parce qu'il en était le représentant sur terre, et qu'il devait par conséquent en incarner la probité et l'entière irréprochabilité morale.

-Et ne trouvez-vous pas cela contradictoire, parfois ?
lui demanda-t-il alors, toujours du ton de l'érudit que ne cherche qu'à apprendre, sans jugement de valeur dans le ton de sa voix. Au-delà de votre formation et de vos compétence, vous agissez tout comme moi je présume en héraut de la parole divine. Pour la faire entendre, il faut savoir donner l'exemple. Et la compagnie du sexe opposé peut chez certains hommes engendrer des passions qui ne sauraient que trop les détourner de leur vocation tout comme du message qu'ils doivent avoir à coeur de transmettre.

En soi, son propos aussi était contradictoire. Se vouloir messaer de dieu sur terre en affichant aucune once de ce qui était considéré comme un acquis humain et nécessaire, c'était donner un exemple que nul ne saurait suivre, mais qu'importe. Il était là question de ces convictions auxquelles l'homme de foi ne voulait ni ne pouvait renoncer. Un ancrage si fort et si certain qu'il lui était bien impossible d'y regarder... tout comme il lui était encore plus impossible d'y renoncer, et qui lui causait bien du tourment, même si ce n'était certainement pas une chose qu'il se permettrait d'admettre de vive voix, ni à Ebenezer Caudray, ni à qui que ce soit d'autre. A lui-même, déjà, c'était bien assez et c'était beaucoup trop.







code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeVen 28 Fév - 18:38

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer n’avait aucune honte à énoncer les préceptes de sa religion, aussi différents puissent-ils être de ceux de son interlocuteur. Le but n’était dans tous les cas, pas de désigner qui avait raison, et qui avait tort, mais de s’instruire de l’autre. Ebenezer avait toujours appris les choses ainsi, et on avait enseigner un autre culte à Frollo, mais au final, les deux hommes avaient le même Dieu. Et ils l’aimaient probablement autant l’un que l’autre, mais Ebenezer ne s’était jamais considéré comme son messager. Il n’était pas un homme élevé parmi les autres, il avait simplement appris. Comme tous les pasteurs qui pouvaient exister. Les protestants avaient toujours été un peu plus modestes que les catholiques, mais ce n’était pas une critique, juste une remarque. Puisqu’au final, cela en revenait au même, ils faisaient sensiblement la même chose.

-Et ne trouvez-vous pas cela contradictoire, parfois ? Au-delà de votre formation et de vos compétence, vous agissez tout comme moi je présume en héraut de la parole divine. Pour la faire entendre, il faut savoir donner l'exemple. Et la compagnie du sexe opposé peut chez certains hommes engendrer des passions qui ne sauraient que trop les détourner de leur vocation tout comme du message qu'ils doivent avoir à coeur de transmettre.

Non, Ebenezer ne trouvait pas cela contradictoire. Rien dans les textes sacrés ne blâmaient les couples mariés. C’était la passion consommée hors mariage qui faisaient office de pêché. Il ne savait pas vraiment, pourquoi les religieux catholiques avaient cru bon de faire vœu de chasteté à vrai dire, mais si cela leur convenait, et si cela les aidait à y voir plus clair dans leur foi, alors il n’en avait rien à redire. Quoiqu’il en soit, son amour pour Déruchette ne l’avait jamais freiné dans sa foi, même s’il avait dû quitter l’office en la suivant à Paris, il était certain que cela ne changeait rien du tout. Il aimait Déruchette plus que tout, mais son amour pour Dieu restait intact, car il n’était pas le même. Ce n’était pas le même amour, et il savait très bien dispenser les deux en même temps.

« Je suppose que la question peut être légitime, mais non, je ne trouve pas cela contradictoire. En tout cas, je n’ai jamais trouvé que mon épouse était une entrave à ma foi, elle est toujours demeurée intacte. La passion peut prendre bien des formes, et il est une différence entre se marier devant dieu, et pécher dans la luxure. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeVen 28 Fév - 19:32


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
I

l était plaisant et complaisant de parler dogmes et théories. Quand on n'abordait que le champ concret des faits, l'esprit s'égarait moins aisément en des territoires interdits. Pas que cela ne puisse pas advenir du tout pour autant, mais quand bien même cela arrivait, les pensées étaient d'office rationnalisées, placées au coeur de considérations dogmatiques qui ne toléraient pas de s'égarer davantage. C'était peut-être ce dont Frollo avait besoin... quand bien même il n'était pas certain que cette conversation lui fasse autant de bien qu'il le souhaiterait malgré tout.

Car alors même que leur conversation n'avait pour seul sujet que des faits sans aucun rapport avec ses considérations morales, voilà que son esprit torturé lui trouvait une place malgré tout, bien au chaud, quelque part à mi chemin entre son coeur et sa raison. Vicieuse. Comme à son habitude. Savait-elle vraiment être autre chose ? Jamais. Du moins pas quand l'homme d'Eglise l'envisageait. Alors mieux valait se concentrer sur la répose de son interlocuteur et balayer ses tourments d'un revers de manche, les reléguer à une inexistance en laquelle il ne croyait pas lui-même.

Pour sa part, il n'estimait pas qu'avoir pris épouse avait fait barrage à sa foi. En soi, cela semblait logique, nombre d'hommes et de femmes se mariaient sans que leurs croyances s'en voient tout à coup diminuées, et d'ailleurs, le mariage était en lui-même un acte de foi, qui prenait Dieu pour témoin. Mais avoir seulement la considération de prendre épouse, c'était déjà, semble-t-il, un premier pas vers le péché dont son interlocuteur se prétendait épargné. Car se marier et pécher dans la lecture était bien différent, mais la luxure restait la luxure, que l'on soit époux ou non, et l'archidiacre doutait fort que son interlocuteur n'ait jamais touché à sa femme.

-Certes, mais la passion, peu importe la forme qu'elle prend, demeure quoi qu'il en soit condamnable.


Du moins selon ses critères, car l'homme estimait que la passion, peu importe sa nature, prenait sa source dans les plus bas instincts humains. Il ne voulait pas donner l'air de condamner son interlocuteur pour autant, au contraire, il lui inspirait plus de respect que d'aversion, pour tout dire.

-Avez-vous des enfants, monsieur Caudray ?


La question était, bien évidemment, très personnelle, mais elle ne cherchait pas tant que cela à s'immiscer dans la vie privée de cet homme que de permettre d'autres sortes d'interrogations.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 1 Avr - 13:47

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer prenait plaisir à discuter avec Frollo. Il comprenait bien, qu’ils avaient des avis différents sur bien des choses, mais ce n’était pas un problème pour le jeune homme. Il n’avait pas pour but de convaincre, dans tous les cas, juste d’échanger. Il n’avait pas envie de se disputer avec l’archidiacre, ou de le contrer tout le temps. Il avait ses principes, ses méthodes, et Ebenezer le respecterait largement. Ils étaient issus de deux religions différentes, même si elles restaient sœurs, alors il était plus que logique qu’ils aient des avis divergents sur certaines choses.

Cela ne l’empêchait pas de se gargariser de ce que pouvait lui dire Frollo. Echanger avec quelqu’un qui n’avait pas le même avis que soi, c’était parmi les choses les plus intéressantes et enrichissantes qui soit, du moins, c’était son avis. Mais de toute évidence, ils rencontraient actuellement un os. La sexualité semblait quelque chose que Frollo prenait très à cœur, du moins le côté chaste. La chasteté était imposée aux religieux catholiques, ce n’était pas le cas chez les protestants. Du moins, ils avaient le droit de se marier, et ce mariage pouvait être consommé.

Ebenezer n’avait pas honte d’être pasteur et marié. D’autant qu’il était fier de son épouse, et n’aurait pas pu espérer mieux que Déruchette, elle était parfaite en tout point. Son avis n’était probablement le plus objectif qui soit, mais n’était-ce pas celui qui comptait le plus dans ce cas-ci ? Sûrement que si. En tout cas, oui, son mariage avait été consommé, et il ne se sentait pas moins proche de dieu. Il ne se sentait pas sale, ou impur. Ce n’était que la concrétisation de son amour, et de son mariage avec sa dulcinée. Et il espérait que cela donnerait lieu à des enfants très prochainement, mais il ne voulait pas non plus mettre trop de pression sur les épaules de son épouse.

-Certes, mais la passion, peu importe la forme qu'elle prend, demeure quoi qu'il en soit condamnable. Avez-vous des enfants, monsieur Caudray ?

C’était le point de vue de l’archidiacre, évidemment. Il avait le droit de penser ce qu’il voulait. Ebenezer n’était pas vraiment d’accord, de son point de vue, toutes les passions n’étaient pas répréhensibles. On ne pouvait pas comparer la passion qui animait deux êtres qui s’aimaient à la passion qui pouvait pousser au crime et au meurtre. Mais bon, encore une fois, c’était une affaire de jugement.

« Non, pas pour le moment. Je respecte votre point de vue et vous êtes totalement en droit de penser cela, mais je reste certain qu’il faut savoir faire la part des choses. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 1 Avr - 20:30


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
F

rollo pouvait peut-être donner l'impression de juger sévèrement les choix de vie de son interlocuteur. La vérité voulait plutôt qu'il se défende de les comprendre pour nier la jalousie qu'il pourrait ressentir à l'idée de prendre exemple sur les moeurs de ceux qui affirmaient prodiguer les valeurs de la religion outre-Manche. Certes, il était appréciable que le débat se fasse toujours dans le respect du point de vue de l'autre, mais quand un sujet trop sensible venait à être abordé, il était difficile de ne pas simplement manifester son incompréhension et vouloir faire valoir son opinion au-delà de celle d'autrui.

Pour autant, l'archidiacre ne s'y risquerait pas. Il était convaincu de la valeur de ses arguments, il en était même absolument certain, mais il était tout aussi certain, à la vérité, de ce qu'une telle discussion pourrait engager chez lui de personnel. Et il préférait si possible ne surtout pas en arriver là. Faire la part des choses était à ses yeux une mentalité dangereuse, pas au sens où il ne l'estimait pas applicable, mais au sens où les "choses" brassaient un large nombre de réflexions, pensées, supputations et idéologies, qui pouvaient être la porte ouverte à toutes les dérives.

Malgré tout, il choisit de ne pas répondre à cette affirmation. Il était satisfait d'en apprendre plus sur la religion de son interlocuteur, mais il n'était pas question, ni pour l'un ni pour l'autre, de convertir son homologue à ses croyances, si proches étaient-elles, au fond, l'une de l'autre. Le plus simple restait encore, par conséquent, de s'engager sur un sujet d'un autre ordre, qui ne remporterait pas forcément l'adhésion ni d'un côté ni de l'autre mais empêcerait du moins de s'engager dans une joute idéologique qui ne saurait pas porter le moindre fruit. Alors l'archidiacre se contenta de répondre à son interlocuteur par un très léger hochement de tête qui devait se suffire à lui-même, à la manière d'un "Je vois" que l'on s'acharne à employer lorsque l'on est, pourtant, pas si clairvoyant que cela en fin de compte.

-Avez-vous déjà assisté à une de nos messes depuis votre arrivée à Paris, dites-moi ?


Voilà un sujet qui, éventuellement, pouvait se révéler moins glissant. Même s'ils finissaient tous par le devenir. Plus ou moins.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeLun 25 Mai - 10:55

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer avait l’impression que la chasteté était un sujet sensible pour l’archiadiacre. Il n’était pas vraiment surpris, à dire vrai. Il comprenait que cela puisse sembler singulier aux hommes d’église de confession catholique. Dans leurs préceptes ils devaient rester purs, pour accueillir au mieux la parole du seigneur, Ebenezer le respectait, mais il ne pensait pas que cela change quoique ce soit. Mais cela résultait également du fait que les pasteurs se considéraient comme des hommes ordinaires, sans présence particulière. Ils étaient des hommes instruits, pas des hommes choisis ou des surhommes.

Enfin, en tout cas, chacun avait sa vision des choses. Ebenezer estimait qu’il n’avait pas à rougir d’être marié. Il aimait son épouse plus que tout, et chaque jour elle le comblait de bonheur. Cela n’avait en rien entaché sa foi, si son âme. Après tout, Dieu était amour, alors quel mal pouvait-il y avoir à se marier ? Ebenezer n’en voyait pas. Frollo n’avait peut-être pas la même vision des choses, et Ebenezer en était quelque peu satisfait, parce qu’il était toujours intéressant de discuter avec quelqu’un qui ne partageait pas le même point de vue. Tant que cela se faisait dans le respect de l’autre, évidemment. Il fallait savoir accepter que tous n’avaient pas la même opinion, mais c’était une composante de la nature humaine.

C’était bien dommage si cela choquait, ou plutôt troublait son interlocuteur. Il est vrai que quand dès le plus jeune âge, on s’évertuait à adopter certains dogmes, il était ensuite difficile d’en accepter d’autres qui étaient à l’opposé. Peut-être que l’archidiacre prenait donc les protestants pour des débauchés, et des impies, et Ebenezer en serait fort déçu si c’était le cas. Mais son expression ne reflétait aucunement de dégoût, ou d’incompréhension. Il restait relativement neutre, ce qui pouvait à la fois tout et rien dire, mais bon, peu importe, cela n’avait pas grande importance après tout.

-Avez-vous déjà assisté à une de nos messes depuis votre arrivée à Paris, dites-moi ?

Le jeune pasteur était quelque peu surpris sur la question qui n’avait rien à voir avec le précédent sujet, mais cela ne le gênait pas du tout d’en changer. Le débat semblait clos, et il était donc temps d’en changer. Après tout, il y avait encore de nombreuses choses qu’ils n’avaient pas évoquées, et Ebenezer était convaincu qu’il pouvait apprendre de nombreuses informations de la part de l’archidiacre, qui semblait être un homme très cultivé.

« Non, je n’en ai pas encore eu la chance. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeLun 25 Mai - 18:35


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
E

benezer ne lui reprocha pas d'avoir mis fin à leur débat, sans doute admettait-il lui aussi qu'il serait stérile de poursuivre et qu'ils avaient fait le tour de cette question en particulier. L'homme d'Eglise ne pensait pas qu'il en auraient retiré quoi que ce soit, il préférait, et de loin, que leur échange demeure cordial et respectueux, ce qui pourrait bien cesser d'être le cas s'ils devaient décider d'insister un tant soit peu sur les plus grands points de divergences de leurs deux religions, et même si ces points étaient ce qu'il y avait de plus fascinant, ils finiraient inutilement par interrompre cet échange.

Il semblait donc plus sain de changer de sujet, et le prêtre anglican lui donna manifestement raison, se contentant de répondre à la question qu'il lui avait posée, le tout avec politesse et respect, la politesse et le respect qui s'imposaient en ces circonstances, mais aurait pu ne pas être de la partie. Il n'avait encore jamais pris le temps d'assister à une de leurs messes, mais il semblait être tout de même intéressé par cette possibilité.

Il est vrai que quelqu'un qui n'était pas de leur religion ne devrait pas forcément avoir sa place en ce lieu saint qu'est Notre-Dame, mais Ebenezer était d'une confession qui était bien loin d'être éloignée de la sienne. Il lui serait bien sûr plus simple de s'imprégner de cette religion à la fois soeur et différente si Ebenezer pouvait assister à une de leurs messes, tout comme l'archidiacre lui-même restait très intéressé par l'idée d'assister à une messe anglicane, possibilité qui semblait des plus compromises à l'heure actuelle, cela dit.

-En ce cas j'espère que vous saisirez cette chance très prochainement,
suggéra Frollo avec un sourire encourageant aux lèvres. Je serais plutôt curieux de connaître vos impressions et votre retour. N'hésitez pas à me faire signe quand vous serez disponible, ce sera pour moi un plaisir de vous accueillir en notre sainte église.

Et dans tous les cas, il estimait que même si leurs religions divergeaient, tout homme de foi, et de foi en un Dieu qui restait le même, se devait de participer aux cérémonies organisées en l'honneur du Très-Haut. Il s'agissait là d'un devoir qu'il considérait être de la plus haute importance.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 19 Aoû - 19:48

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Malgré le fait qu’il y avait certains points où ils pouvaient observer des divergences, Ebenezer sentait qu’il y avait tout de même un potentiel pour qu’ils s’entendent bien tous les deux. C’était une idée appréciable, puisque le jeune pasteur avait sincèrement envie de se faire des nouveaux amis, et de s’intégrer à Paris. Il était loin de chez lui, et de tout ce qu’il connaissait, y compris les personnes, ce n’était donc pas évident, mais il faisait tout de même du mieux qu’il pouvait. Et il avait l’impression qu’il était en bonne voie.

Il avait accepté de déménager pour faire plaisir à son épouse, et il ne pouvait pas dire qu’il regrettait. Déjà parce qu’ils étaient totalement pris en charge par le père de cette dernière financièrement, et ensuite, parce qu’il avait fait des rencontres très intéressantes, dont l’archidiacre faisait partie. Il avait ses idées, ses mœurs et ses croyances, mais il restait tout de même un homme ouvert à la discussion, et avec qui Ebenezer se sentait bien. Leurs échanges restaient respectueux, et sans accros.

Ebenezer n’avait pas assisté à une messe depuis qu’il était arrivé chez ici. Il avait prié chez lui, de son côté. Il n’avait pas voulu se mélanger aux fidèles catholiques tout de suite. Même si leurs dogmes étaient proches de ceux des protestants, ils étaient tout de même différents, alors cela aurait pu être mal interprété. Catholiques et Protestants s’étaient violemment battus il n’y a pas si longtemps. Le conflit était aujourd’hui apaisé, mais il savait qu’un rien pourrait raviver les cendres de ces querelles passées.

-En ce cas j'espère que vous saisirez cette chance très prochainement. Je serais plutôt curieux de connaître vos impressions et votre retour. N'hésitez pas à me faire signe quand vous serez disponible, ce sera pour moi un plaisir de vous accueillir en notre sainte église.

Pourquoi pas, après tout, il ne perdrait rien à assister à une messe dans cette église. Surtout qu’il était assez curieux de voir comme cela se passait. Si c’était très différent ou non des offices qu’il avait lui-même tenues. Parfois, celui lui manquait tout de même un peu, mais il savait bien qu’à Paris, il ne trouverait personne pour venir l’écouter, ou alors très peu. Et il n’avait pas envie de créer de nouveaux schismes au sein de l’Eglise, surtout qu’il sentait bien que les rues de Paris étaient assez orageuses comme ça.

« Oui, je n’y manquerai pas. Cela pourra s’avérer être intéressant. Je ne sais pas si c’est très différent des messes protestantes, mais je suppose qu’il y a des jointures entre les deux. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 19 Aoû - 20:23


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
F

rollo n'aurait pas pris ombrage d'un refus de la part de son interlocuteur si ce dernier avait estimé que sa place ne se trouvait pas au sein d'une messe catholique. Le but n'était pas de le convaincre, de le persuader ou de le convertir, seulement de satisfaire sa curiosité. Mais il y avait quelques imbrications derrière une telle décision qu'il était tout à fait à même d'appréhender et de comprendre pour sa part. Lui-même ne savait pas vraiment s'il accepterait d'assister à une messe protestante... C'était impliquer davantage que ce que l'on pouvait bien soupçonner.

Une part de lui était très curieuse de découvrir les rites et habitudes au sein de cette religion que professai son interlocuteur, d'autant que la théologie dans son ensemble le fascinait, mais une autre part estimait que ce ne serait pas être à sa place. Si l'on considérait qu'ils avaient le même Dieu, l'on pouvait également considérer que l'un était Vérité et l'autre traîtrise. Frollo s'en voudrait de se rendre coupable du moindre manquement à sa profession de foi alors qu'il luttait déjà bien assez contre une multitude de démons qu'il était bien préférable de ne pas laisser sortir plus que nécessaire de leur boîte.

-C'est même certain, mais ces affinités sont sans doute aussi intéressantes à observer que toutes les divergences qui doivent elles aussi être assez remarquables.
Il marqua une pause. En tous les cas, assister à une messe au sein même de Notre-Dame est une expérience que je ne peux que chaudement recommander. Je ne connais aucun lieu en ce bas monde qui soit à ce point chargé de l'esprit divin.

Bien sûr, il prêchait pour sa paroisse, c'est le cas de le dire. Et il ne pouvait pas prétendre avoir visité nombre d'églises, pas même en France et certainement pas en Angleterre. Ceci dit, il était de notoriété publique que cette merveille architecturale qu'était la cathédrale parisienne comptait parmi les monuments les plus sublimes qui soient. Érigée à la grâce de Dieu, elle lui rendait le plus pénétrant des hommages, et on ne pouvait que se sentir touché du Saint-Esprit quand les pierres embellissait l'écho de voix chantantes et priantes, en hommage au Très-Haut.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Ebenezer Caudray
Messages : 42
Date d'inscription : 19/04/2019

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 21 Oct - 17:23

Le but premier de la religion n'est pas de diviser
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ebenezer n’essayait en aucun cas de brosser son interlocuteur dans le sens du poil. Cela pouvait peut-être y ressembler, mais ce n’était pas du tout le cas. Il était sincère, il apprécierait vraiment d’assister à une messe catholique. Il n’avait pas encore eu la curiosité de le faire, parce qu’il avait dû d’abord préparer son déménagement, puis s’habituer à la vie parisienne, mais maintenant que son quotidien était plus ou moins calé, il pouvait prendre le temps de se trouver de nouvelles occupations, et ce n’était pas une mauvaise chose.

Il n’était pas certain de venir à chaque fois, comme un fidèle assidu. Même si leurs religions étaient sœurs, elles avaient tout de même certaines différences. Il voulait bien venir voir par curiosité, mais il restait protestant, et il n’avait pas envie de changer de religion. Il était très tolérant envers tous ceux qui aimaient Dieu, mais il gardait ses principes et ses croyances, ainsi que ses coutumes. En aucun cas, il ne voulait en apprendre d’autres, qui n’auraient pas été dictés selon leurs codes.

-C'est même certain, mais ces affinités sont sans doute aussi intéressantes à observer que toutes les divergences qui doivent elles aussi être assez remarquables. En tous les cas, assister à une messe au sein même de Notre-Dame est une expérience que je ne peux que chaudement recommander. Je ne connais aucun lieu en ce bas monde qui soit à ce point chargé de l'esprit divin.

Le discours de l’archidiacre n’était pas très étonnant. Il était normal qu’il prêche pour sa paroisse, au sens propre comme au figuré. Sans l’accuser l’orgueil (il ne se permettrait pas, évidemment et était loin de le penser) Claude Frollo semblait tout de même avoir une certaine fierté pour sa religion, et la place qu’il occupait. Ce n’était pas répréhensible, c’était même plutôt normal, après tout, ce lieu était magnifique, et il partageait l’amour de Dieu, il y avait de quoi être fier, même si Dieu apprenait à rester humble et charitable.

« Oui, je partage votre point de vue. Tout cela serait une expérience enrichissante. Je tâcherai de venir vous écouter, dans ce cas. Je ne doute pas une seconde du fait que ce sera un moment très spécial. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Clerge10
Claude Frollo
Messages : 634
Date d'inscription : 03/02/2015

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitimeMer 21 Oct - 18:41


Le but premier de la religion n'est pas de diviser
F

rollo pouvait donner l'impression de vanter davantage ses propres mérites que ceux de son Eglise, ce n'était pourtant pas le cas. Beaucoup de représentants de Dieu assureraient même qu'il en était l'un des plus délétère compte tenu de sa passion pour les sciences et la philosophie, qui faisaient rarement bon ménage avec la pratique de la foi. Il avait son orgueil, c'est certain, mais c'était un orgueil fondé sur son savoir encyclopédique bien plus que sur son office.

Quand il vantait les mérites de Notre-Dame, ce n'était pas pour dénigrer les autres églises (sans majuscule), mais bel et bien parce que cet édifice était à ses yeux le plus beau monument qui ait jamais été construit de mémoire d'homme, et cela, il n'y était évidemment pour rien. Ce bâtiment avait été conçu avec grâce et ingéniosité pour tutoyer le Ciel (avec ou sans majuscule, cette fois), et y avait réussi brillamment. Il ne connaissait rien de similaire, du moins dans aucun lieu qu'il ait eu le loisir de visiter au cours de sa vie (mais l'on pouvait admettre qu'il y en eut fort peu en définitive).

-Je ne vous oblige à rien, bien sûr, j'espère ne pas vous donner cette impression. J'ai seulement pour cet endroit une affection toute particulière,
précisa-t-il tout de même.

Il pourrait, bien sûr, obliger comme c'était son rôle à l'exercice de la foi. Mais si les hommes voulaient se damner par manque de conviction religieuse, il estimait que c'était à eux de porter leur propre Croix, et puisque Caudray avait ses propres croyances, il avait d'autant moins de conseils à lui prodiguer. Mais puisqu'il estimait qu'ils avaient su communiquer en bonne entente et que jusqu'ici, la curiosité qu'ils avaient pour la religion l'un de l'autre était chose réciproque, il ne voyait définitivement aucun mal à cela, pas le moindre.

Par ailleurs, Frollo lui-même ne demanderait qu'à assister à une messe protestante, chose dont il n'avait pas du tout eu l'occasion au cours de sa vie. Et si son interlocuteur officiait encore, il aurait estimé comme un échange de bons procédés tout à fait acceptable que de lui proposer de venir l'écouter également.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer Empty
Message#Sujet: Re: Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer   Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le but premier de la religion n'est pas de diviser | Frollo & Ebenezer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grands monuments :: Notre-Dame de Paris-