Partagez
 

 Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil Abc10
Basil Courfeyrac
Messages : 22
Date d'inscription : 24/03/2019

Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil Empty
Message#Sujet: Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil   Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil I_icon_minitimeVen 19 Avr - 17:57

Vieille amitié ne craint pas la rouille
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Le temps était clément, ce qui, en ce mois de juin n’était pas vraiment particulier. Le temps était bon, appréciable. Ce n’était pas encore le temps des chaleurs assommantes du mois d’août, il y avait encore cette légère brise rafraichissante qui faisait le plus grand bien lorsque l’on passait trop de temps sous les rayons du soleil. Courfeyrac devait bien admettre que c’était très agréable. C’était comme une sorte d’accalmie. Le calme avant la tempête.

Parce que l’insurrection approchait, le peuple allait bientôt se soulever, et cela ne laisserait personne de marbre. Basil ne savait pas vraiment comme cela allait se finir, il ne le savait pas du tout. Evidemment, il espérait une victoire du peuple, avec le moins de pertes humaines possible, mais il ne pouvait être sûr de rien. Il ne savait pas s’il réussirait à voir ses amis mourir devant ses yeux, mais il était certain de pouvoir mourir pour eux. Quoiqu’il en soit, il voulait profiter, encore un peu, de ces temps calmes. Où la plupart des gens étaient forts insouciants de ce qui allait se produire. En tout cas, quelle qu’en soit l’issue, il ne fallait pas qu’ils aient fait tout cela pour rien.

Courfeyrac n’avait pas de cours pour la journée, et même s’il aurait pu rester chez lui, et étudier par ses propres moyens, il n’en avait pas du tout le cœur, où l’esprit. Alors même si cela n’était pas très sérieux, il était conscient que se forcer ne servirait à rien. Autant faire autre chose. Mais il n’avait pas non plus grand-chose à faire, et il ne voulait pas aller importuner ses amis, si jamais ces derniers avaient des choses à faire. De toute façon, Courfeyrac pouvait aisément supporter le fait d’être seul et de n’avoir rien à faire pendant un petit moment, mais pas trop long tout de même.

Au moins, il profitait du beau temps. Les gens sortaient de plus en plus dans les rues de Paris, du moins, pour ceux qui en avaient la possibilité. Mais il était évident que les gens continuaient de vivre leur vie naturellement. Courfeyrac observait les gens autour de lui, sans vraiment avoir de destination précise. Il eut cependant un léger sourire quand il se rendit compte qu’il était arrivé à la place de la Bastille. Cette place qui signifiait tant à ses yeux. La preuve même, que le peuple opprimé avait bien du pouvoir quand ils étaient tous alliés, et qu’ils étaient tout à fait capable de prendre le dessus. Si leurs camarades du siècle passé avaient réussi cet exploit, ils en étaient capables aussi.

Son regard fut ensuite attiré vers une silhouette qu’il connaissait bien. Marius était juste à quelques pas de lui, et il semblait seul. Basil se décida donc à aller à sa rencontre, puisqu’il était son ami, il était normal qu’il le salue.

« Bonjour Marius, comment tu vas ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil Abc10
Marius Pontmercy
Messages : 989
Date d'inscription : 03/02/2015

Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil Empty
Message#Sujet: Re: Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil   Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil I_icon_minitimeLun 22 Juil - 20:47

Vieille amitié ne craint pas la rouille.
Il était difficile pour Marius de quitter son domicile – enfin celui de son grand-père, même s’il avait quand même un peu de mal à réaliser encore qu’il vivait de nouveau sous le toit de ce royaliste qui n’avait pas du tout les mêmes pensées politiques que lui (mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour ?) –, parce que qui disait quitter son domicile, disait quitter sa jeune épouse. Déjà avant, les pensées du jeune homme se tournait entièrement vers Cosette, il était incapable de se retenir de penser à elle, il cherchait par tous les moyens à la trouver, à passer du temps en sa compagnie. Maintenant, il pouvait passer tout le temps qu’il voulait avec elle, et donc il avait envie que ça soit le cas. Mais ce n’était pas parce qu’il était à présent l’époux de Cosette qu’il devait négliger tout ce qu’il y avait dans sa vie. Au fond, ça lui conviendrait sans aucun doute très bien de se concentrer uniquement sur son couple, mais il savait bien que ce n’était pas comme ça qu’il allait offrir une belle vie à son épouse. Que ça soit en therme de politique qu’en therme de travail.

Marius avait donc pris la peine de sortir un peu de chez lui, laissant sa jeune épouse en compagnie de son grand-père (il savait qu’ils s’entendaient bien, alors en soit c’était une bonne chose), afin de suivre quelques cours à la Sorbone. Il n’était pas l’étudiant le plus concentré ces derniers temps, mais en même temps Marius savait qu’il n’était pas le seul non plus. Pour la simple et bonne raison que la révolution (la nouvelle, celle qui allait arriver grâce aux Amis de l’A B C) était en marche. Ce n’était qu’une question de petit temps avant qu’ils se retrouvent sur le front des combats (et cette pensée lui serrait un peu le cœur, il devait bien l’avouer).

Alors qu’il marchait sur la place de la Bastille, un lieu emblématique tout de même, son chemin croisa celui de Courfeyrac, un jeune homme que Marius connaissait bien. Et pour cause, il était l’une des personnes avec qui il s’entendait le mieux, celui qui l’avait invité à vivre chez lui après son départ de chez son grand-père, celui qui lui avait fait connaître les amis de l’A B C. Autant dire que Marius devait énormément de chose à Courfeyrac.

« Bonjour mon ami. » Dit-il pour saluer Courfeyrac, posant une main fraternelle sur son épaule. Il avait grand plaisir de croiser la route du jeune homme, qu’il voyait moins en ce moment par la force des choses. Même si Marius n’avait pas déserté complètement les réunions des Amis de l’A B C, on ne pouvait pas non plus dire qu’il était le plus assidu, bien au contraire. Il s’en voulait un peu, mais il espérait que Courfeyrac ne s’imagine pas qu’il abandonnait la cause. « Je me porte bien et toi ? »

Que dire d’autre ? Marius était le plus heureux des hommes maintenant que Cosette portait son nom.
Code by Gwenn

_________________
Quel vide que l'absence de l'être qui à lui seul remplit le monde ! Oh ! comme il est vrai que l'être aimé devient Dieu. On comprendrait que Dieu en fût jaloux si le Père de tout n'avait pas évidemment fait la création pour l'âme, et l'âme pour l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vieille amitié ne craint pas la rouille | Marius & Basil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
» Amitié de la délicieuse duchesse de Bouillon
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard
» Une amitié singulière [PV]
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les grandes places :: Place de la Bastille-