Partagez
 

 Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeSam 2 Mar - 0:14

Les vieux souvenirs nous rattrapent


Cosette s'efforçait d'être heureuse. Il serait ingrat de ne pas l'être alors que la situation avait pris cette tournure si singulière mais en même temps si agréable qui reposait complètement sur ses propres décisions. Elle vivait avec Marius, ils étaient mariés, ils filaient le parfait amour... mais la jeune femme ne se sentait pas entièrement comblée pour autant. Parce qu'elle n'oubliait pas sur quels mensonges reposait sa situation actuelle. Elle n'oubliait pas les propos de cet homme, qu tentait de la mettre en garde contre son père, pas plus que ceux de ce jeune homme certes imbibé d'alcool mais relativement lucide qui lui avait laissé entendre que Marius lui avait caché en partie ce qu'il était. Avant tout et surtout, son père lui manquait, et c'était à ce titre qu'elle était incapable de ressentir un entier et apaisé bonheur par rapport à sa situation. Elle n'arrêtait pas de penser à lui, se demandant ce qu'il faisait, où il était, et surtout, s'il lui en voulait beaucoup. Elle avait besoin de le revoir, de pouvoir lui parler... Mais elle savait en même temps que ce serait une initiative dangereuse...

C'est pour cette raison que, sans prévenir Marius, ni monsieur Gillenormand, profitant que le premier soit absent et le second assoupi, elle avait décidé de quitter en toute discrétion la demeure familiale afin de se rendre dans les rues de Paris. Elle avait privilégié les endroits où ils avaient vécu, et ceux où ils avaient leurs habitudes, se disant que si lui-même la cherchait, c'est à ces endroits que son père tenterait de la trouver. Seulement, elle avait parcouru des kilomètres et des kilomètres, et toujours rien. Paris (s'il s'y trouvait encore... il avait peut-être décidé de traverser la Manche sans elle, finalement ? Mais elle n'arrivait pas à croire à cette hypothèse) était trop grande quand il fallait trouver qui l'on cherchait, trop petite quand l'on voulait éviter qui l'on avait pu vouloir fuir. Et ça, Cosette devait s'en rendre compte bien assez vite.

C'était elle. Cela faisait de nombreuses années, mais la jeune femme, qui autrefois n'était qu'une enfant, la reconnut immédiatement. La mère Thénardier, son cauchemar d'enfance, face à elle. Terrifiée, figée, elle ne savait rien faire si ce n'est rester là, plantée comme un piquer, à la fixer d'un oeil apeuré. Quand leur regard se croisa, elle frissonna. Est-ce qu'elle l'avait reconnue ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeMer 20 Mar - 15:09

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Les rues de Paris faisaient grise mine, mais c’était monnaie courante maintenant. Avec ces essais de soulèvement du peuple, certains rasaient les murs, de peur de subir quelques violences involontaires, ou volontaires. Mathilde ne craignait plus grand-chose désormais, et elle savait se défendre un minimum quoiqu’il en soit. Dans tous les cas, elle avait bien d’autres choses à penser que tout cela, c’était une évidence. Il fallait savoir se mêler de ses affaires, et c’est ce que Mathilde faisait. Elle ne portait que peu d’importances au reste, elle avait déjà beaucoup à faire, comme le reste de sa famille. Que les autres benêts mènent leur révolution si cela les chantait, ils finiraient probablement tous exécutés, et ce ne serait une grosse perte pour personne. Comme s’il pourraient faire quoique ce soit de toute manière. Que des gamins qui rêvaient un peu trop. C’était bien malheureux, mais encore une fois, ce n’était pas ses affaires. Elle, elle tentait de survivre, ou plutôt, elle aimerait bien pouvoir amasser un peu d’argent pour qu’ils soient confortables. Mais les affaires avaient plus de mal à prendre, parce que les gens étaient plus méfiants.

C’était une mauvaise chose pour les Thénardier, mais cela n’allait pas les arrêter pour autant, ils étaient pourvus de pas mal de ressources après tout. Ah quelle belle époque que celle d’il y a quelques années. Si le passé pouvait ressurgir, ils n’en seraient pas mécontents. S’ils avaient Cosette encore sous la main, ce ne serait pas non plus du luxe, la gamine aurait pu leur rapporter plus d’argent, si elle était devenue assez vieille pour cela, et qu’elle s’était montrée plus utile qu’elle ne l’avait été. Mais on leur avait pris la gosse, ce misérable Valjean. Soi-disant qu’ils traitaient mal la gamine et que sa mère lui avait demandé de la récupérer, tu parles. Elle avait entendu que la petite s’était mariée, et pas à un pauvre, tout cela pour ça. Quel gâchis. Elle mériterait quelques explications, c’était une certitude, et la Thénardier ne serait pas mécontente de lui mettre la main dessus à celle-là.

Et pour une fois, les choses semblaient aller dans son sens. Elle mettrait sa main au feu que la gamine en fasse d’elle était Cosette. Elle avait changé, mais elle avait le même regard qu’elle, c’était sûr. Elle s’était bien embellie, mais elle semblait toujours aussi idiote. Elle s’approcha d’elle, bien décidée à ne pas la laisser filer.

« Eh bien, quelle surprise. La p’tite Cosette, si j’m’attendais à ça. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeMer 27 Mar - 0:19

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Cosette brûlait de prendre ses jambes à son cou, de fuir, de partir le plus loin possible, en ne se retournant surtout pas, mais elle était comme une statue. Elle avait le sentiment que ses pieds étaient cimentés au sol. Elle ne pouvait esquisser aucun geste, elle se contentait de voir avancer devant elle ce cauchemar venu tout droit de son passé, et de ne pas savoir comment y réagir. Elle avait eu un fragment d'espoir, celui de ne pas être reconnue, mais elle le comprit dès que leurs regards se croisèrent. C'était une évidence surgie d'une époque qui n'avait pas été oubliée. Elle savait, et puisqu'elle savait, elle ne la laisserait pas en paix.

Cosette éprouvait la brûlure de ses anciens souvenirs. Tout à coup, elle oubliait les années écoulées, elle avait seulement le sentiment de n'être plus que la gamine qui se laissait malmener à l'auberge de Montfermeil, impuissante, seulement capable de baisser la tête et d'obéir. Avait-elle beaucoup changé depuis cette époque ? En partie sans doute. Elle était forcément moins docile. Il fallait qu'elle le soit, sans quoi elle n'aurait pas échappé à la vigilance de son père pour se marier. Mais elle restait tout de même une jeune femme candide, qui se laissait porter par la vie plutôt que de décider de la direction qu'elle devait prendre. Elle avait suivi aveuglément les directives des Thénardier, elle avait suivi aveuglément cet homme qu'elle ne connaissait pas et qui l'avait arrachée à sa misère, elle avait suvi aveuglément Marius et ses promesses d'amour éternelle. Et maintenant, comme un retour à la case départ, elle risquait tout à rester ici, et pourtant, elle ne bougeait pas, le sang glacé, le corps tremblant.


"Je... je suis désolée, madame"
, dit-elle en rassemblant tout le courage qui lui était possible. "Mais vous devez faire erreur sur la personne."

Elle le savait sans avoir besoin de soutenir le regard de son interlocutrice pour en être certaine (elle en aurait été bien incapable) : elle n'était pas convaincante. Pas convaincante du tout, même... Mais elle ne voyait pas quoi faire d'autre à part prétendre... mentir, un art dans lequel elle n'était pas douée du tout. Elle allait peut-être lui laisser le bénéfice du doute et s'en retourner voir ailleurs ? Cosette l'espérait de toutes ses forces, en tout cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeSam 20 Avr - 19:33

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La Thénardier ne s’y trompait pas, elle était sûre d’elle, c’était bel et bien Cosette qu’elle avait devant elle. Elle l’avait gardé durant quelques temps, alors même si les années avaient passées, elle savait que c’était elle. Cela ne pouvait être qu’elle. Le même regard, la même expression… vu de loin comme ça, elle avait presque l’impression qu’elle n’avait pas changé, qu’elle était toujours la même sale gamine qu’à l’époque. Bonne à rien, fainéante, menteuse… Les Thénardier avaient peut-être été durs avec elles, mais ils l’avaient été avec tous leurs enfants, et puis, c’était mérité. Elle n’avait jamais fourni de l’assez bon travail, c’était médiocre, en plus de cela, elle passait son temp à rêvasser.

Quoiqu’il en soit, et aussi mauvaise avait-elle été, la Thénardier se rendait compte aujourd’hui qu’elle aurait pu leur apporter beaucoup plus d’argent, et que sa perte avait été le début des ennuis pour eux. Elle lui en voulait, évidemment, même si elle en voulait encore plus à l’homme qui était venu la chercher. Après tous ce qu’ils avaient faits pour elle… quelle ingratitude. Enfin, maintenant que Mathilde se trouvait face à Cosette, elle n’allait pas la laisser filer comme ça. Oh non, ce serait bien sot de sa part. Bon, elle ne comptait pas lui faire quoique ce soit pour le moment non plus, surtout qu’il y avait beaucoup de monde autour d’elles. Et puis, cela ne servirait pas à grand-chose. Elle la détailla un peu du regard, elle ressemblait à une bourge maintenant, et ce n’était pas une bonne chose. Si elle n’était pas passée chez les Thénardier, elle serait morte, comme sa catin de mère. Et elle ne les avait jamais remerciés pour cela.

"Je... je suis désolée, madame. Mais vous devez faire erreur sur la personne."

Elle aurait presque eu envie de rire, tellement sa tentative était pitoyable. Mais Cosette avait toujours été pitoyable. Elle n’était donc pas du tout surprise. Elle plissa légèrement les yeux, ne la quittant pas de ses yeux scrutateurs. Si elle pensait s’en tirer ainsi, elle allait être rapidement déçue. Mathilde ne la laisserait pas partir comme ça, d’aucune façon. Pas avant une discussion que la Thénardier espérait fructueuse.

« Tu mens toujours aussi mal. Mais tu n’as toujours été que ça dans le fond, une petite menteuse. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeVen 26 Avr - 23:11

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Il y avait beaucoup de mensonges dans sa vie... Et pourtant, Cosette n'avait jamais su convenablement mentir... Elle aurait bien aimé, parfois. Dans des circonstances comme celle-ci lui rendrait le plus fier des services. Mais elle ne savait pas mentir, de toute évidence, et la Thénardier n'était pas dupe de son propos. Cosette se sentait piégée. Elle ne la laisserait pas partir aussi facilement, ça la jeune femme le comprenait bien... mais alors, qu'est-ce qui allait advenir d'elle ? 

Elle était seule, et elle se sentait comme paralysée face à cette femme qui jusqu'ici s'était réduite à un souvenir cauchemardesque mais un peu brumeux, qu'elle réussissait à ne plus assimiler à quoi que ce soit, à son grand soulagement. La jeune femme mentait mal, d'accord, mais si elle mentait mal, c'est qu'elle n'en avait pas si souvent l'occasion. Cosette ne savait même pas quoi répondre à cela. Elle n'avait pas envie de se replonger dans ce passé tumultueux dont son père l'avait heureusement arraché. Son père qui lui manquait déjà tout le temps, mais encore plus maintenant en fait... Elle aurait voulu l'avoir à ses côtés, elle aurait voulu qu'il soit là pour la défendre. Car là, seule face à elle, elle était de nouveau une petite fille, incapable de répliquer, incapable de se défendre.


"J'aimerais, s'il vous plaît, que vous me laissiez tranquille"
, répondit-elle d'un ton qui se voulait ferme, décidé, mais malgré tout poli comme elle avait appris à l'être.

Elle savait que son interlocutrice se ficherait bien de savoir qu'elle veuille être tranquille ou non. Au contraire, cela pourrait même l'encourager à insister encore davantage, mais que dire de plus ? Qu'est-ce que cette femme pouvait bien attendre encore d'elle après toutes ces années ? Elle n'était plus l'enfant soumise à ses ordres, même si elle avait le sentiment de le redevenir un peu. Elle ne lui devait plus rien, pas vrai ?

Elle était démunie, inquiète... Elle avait l'impression que cette femme pourrait être capable de lui faire du mal. Elle savait que ce n'était sûrement qu'une impression, effectivement, et qu'il ne fallait pas forcément s'y fier, mais en même temps, elle savait aussi pour l'avoir vu de ses propres yeux, que les Thénardier étaient capables de tout pour parvenir à leurs fins... et elle risquait fort d'en être la malencontreuse victime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeLun 3 Juin - 22:21

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Si la petite espérait que son petit numéro convienne, elle se trompait lourdement. La Thénardier s’y connaissait pas mal en termes de mensonges. C’était un art qu’elle pratiquait au quotidien, et elle savait donc repérer tout de suite les menteurs. Cosette n’était pas une menteuse, elle avait d’ailleurs toujours très mal menti. Et elle constatait aujourd’hui que les choses n’avaient pas changées de ce côté-là, mais d’autres en revanche avaient pris un tout autre tournant. Et ce n’était pas forcément une bonne nouvelle.

Cosette n’avait plus rien à avoir avec le souvenir qu’elle avait d’elle enfant. En soit, c’était normal, les enfants changeaient toujours en grandissant, mais ce n’était pas tout. Elle avait tout l’air d’une petite bourgeoise, alors que quand Mathilde l’avait connue, elle n’était qu’une souillon. Et il est vrai qu’elle avait du mal à l’accepter, parce qu’ils avaient tout perdu peu de temps après avoir laissé cet homme emmener Cosette. Ils n’auraient jamais dû lui laisser, elle le savait, la gamine aurait pu leur servir, mais tout n’était peut-être pas totalement perdu dans tous les cas. Ce n’était pas comme si la femme allait la laisser repartir comme ça dans tous les cas, mais elle devait s’en douter, si elle n’était pas trop idiote, et ça, Mathilde ne pouvait pas encore trop en juger.

"J'aimerais, s'il vous plaît, que vous me laissiez tranquille"

La femme retint un rire avec difficulté. Est-ce que Cosette s’attendait vraiment à ce qu’elle fasse ce qu’elle lui disait ? Non parce que si c’était le cas, elle allait être déçu. Surtout que la mère de famille détestait qu’on lui dise quoi faire. C’était même un prétexte pour faire le contraire, donc cela avait très peu de chances pour que cela fonctionne. Et puis, elles venaient à peine de se rencontrer, ce serait bête qu’elles se quittent ainsi. Elles avaient probablement plein de choses à se dire toutes les deux.

Elle ne savait pas encore exactement ce qu’elle allait faire d’elle. Il y avait beaucoup de possibilités, mais le mieux serait encore qu’elle soit utile sur un plan financier, mais elle ne doutait pas qu’elle trouverait bien quelque chose. Il n’y avait pas de raison après tout, elle était experte dans l’art de la corruption et la magouille, alors ce n’était pas Cosette qui allait lui causer du tort. Elle n’était pas du tout du genre coriace, donc pas d’inquiétudes à avoir.

« J’aimerais beaucoup de choses moi aussi. Hélas, c’est difficile d’avoir c’qu’on veut dans la vie. Mais je suis déçue de ton attitude, tu es bien ingrate. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeDim 9 Juin - 21:45

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Cosette s'en était doutée, bien sûr, il ne suffisait pas de réclamer qu'on la laisse tranquille pour que la Thénardier décide de lâcher l'affaire... Peu importe ce qu'elle attendait d'elle ou comptait faire d'elle : elle allait saisir une opportunité oubliée pendant près de dix ans. L'angoisse de Cosette montait d'un cran. Elle donnerait tout pour que Marius, ou son père, soit à ses côtés. Seule, elle se sentait enfant, elle se sentait démunie, elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire. Elle ne savait pas se battre, elle n'en avait jamais eu besoin, on s'était battu pour elle. Elle savait à peine se défendre. Elle avait vécu dans une bulle, dans un cocon, on l'avait surprotégée, et face aux menaces qui autrefois lui semblait monstrueuses, elle ne se sentait pas plus armée qu'à l'époque. Alors quoi faire ? S'enfuir en courant ? Est-ce que ce pouvait vraiment être la solution ?


"Je ne vous dois rien du tout"
, osa-t-elle tout de même articuler en réponse, la voix tremblante et les poings serrés, rassemblant le plus de courage possible. 

Elle ne se considérait pas ingrate. Elle le serait si elle avait quelque reconnaissance que ce soit à témoigner à son interlocutrice, mais ce n'était pas le cas, bien sûr. Elle n'avait subi que violence, malconsidération et victimisation durant son enfance. Cette femme ne lui avait rien accordé, ni amour ni dignité. De quoi devrait-elle la remercier exactement ? Grâce à elle, l'ancienne tenancière d'auberge avait au moins gagné un moindre pécule, d'abord par l'intermédiaire de sa pauvre mère, ensuite grâce à son père, qui avait sans doute était très généreux envers les Thénardier, contrairement à ce qu'ils se plairaient sûrement à prétendre aujourd'hui.

Elle ne devait absolument rien à Mathilde Thénardier, mais elle avait peur, maintenant, de devoir s'acquitter d'une dette qu'elle n'avait jamais contractée, parce qu'elle avait trop peur pour réagir, parce qu'elle se laissait dévorer par ses émotions, à un point qu'elle n'aurait plus imaginé possible depuis longtemps. La peur avait atteint un seuil qui s'imagine à peine... Elle ne savait pas comment elle pourrait réussir à la conjurer.


"Et vous ne pouvez rien contre moi."


C'était faux, Cosette elle-même ne réussissait à s'en convaincre. Mais tant pis... c'était le seul argument qui lui était venu à l'esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeVen 19 Juil - 21:30

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il ne fallait pas que la petite se fasse d’illusion. Elle avait peut-être gagné en âge, mais certainement pas en conviction, ou en poids face à la Thénardier. La femme n’avait aucun mal à voir en elle, la gamine empotée qu’elle avait été. Et qu’elle était toujours. Même si elle se donnait des airs de bourgeoise, Mathilde ne la voyait pas ainsi. Ce n’était qu’une petite ingrate, et les choses n’allaient pas se passer sans accro. Il faudrait un miracle pour que la mère décide de laisser Cosette tranquille, et de passer son chemin. Oh non. Elle voyait là une occasion de peut-être, faire un peu de profit, et régler d’anciens comptes par la même occasion. Alors, il ne fallait pas qu’elle se fasse trop d’espoirs, ou qu’elle pense pouvoir être de taille. Parce que ce n’était pas du tout le cas. Dommage pour elle, mais la Thénardier ne craignait rien ni personne dans l’absolu. Et encore moins Cosette.

"Je ne vous dois rien du tout"

Elle haussa un sourcil. Pas convaincue par son discours, mais il fallait reconnaître qu’elle tentait d’y mettre un certain aplomb. Auquel la Thénardier n’était pas du tout sensible, cela va sans dire. Mais quoiqu’il en soit, elle n’était pas d’accord. Elle leur devait beaucoup, qui sait si elle serait toujours en vie, s’ils n’avaient pas accepté de la garder quand leur mère était venue pleurnicher pour sa gamine. Les Thénardier ne l’avaient pas traitée comme leur fille, parce qu’elle ne l’était pas. Et parce que ce n’est pas ce qu’ils étaient censés faire. Ils la gardaient en pension, contre rémunération, c’est ce qu’ils avaient fait. Mais il ne fallait pas croire qu’ils l’auraient laissée avoir la belle vie, non. Tout se paye dans la vie, et la vie est loin d’être belle et facile, et ils l’ont inculqué à Cosette dès son plus jeune âge, voilà tout.

Quoiqu’il en soit, si Cosette pensait qu’elle allait changer sa façon de voir les choses, et surtout, si elle pensait pouvoir l’empêcher de faire ce qu’elle voulait, elle se trompait lourdement. Mais au fond, elle devait bien le savoir, le sentir, que toute tentative de rébellion était vaine, encore aujourd’hui, c’était exactement la même chose.

"Et vous ne pouvez rien contre moi."

C’est bien là qu’elle se trompait. Même si elle n’était plus sous leur coupe, il restait des moyens à la Thénardier pour atteindre Cosette, ne serait-ce que psychologiquement. Elle pouvait bien affirmer ce qu’elle voulait, cela ne changerait rien du tout. Elle lui adressa un sourire narquois, supérieur et moqueur. Pauvre Cosette, toujours aussi naïve…

« Tu nous dois rien ? Et que serait-tu devenue si nous ne t’avions pas prise en charge ? Personne ne voulait de toi. Une bâtarde… ta mère s’était faite avoir en beauté et engrossée par le premier venu. Si nous ne t’avions pas gardée, tu serais morte avec elle. Et laisse moi te dire, ma p’tite, que je peux tout contre toi. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeDim 28 Juil - 0:01

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Que serait-elle devenue si les Thénardier ne s'était pas occupés d'elle, enfant ? Honnêtement, elle ne se posait jamais la question. Quand elle souhaitait refaire le monde, elle songeait surtout à ce qu'elle serait devenue si son "père" n'était jamais venu la trouver et ne lui avait pas permis d'échapper à cet enfer. Cosette n'estimait rien devoir d'autre à ce couple d'aubergistes mal intentionnés que les pires années de sa vie, dans l'incertitude, la misère et l'absence totale d'affection. 

Peut-être aurait-elle été malheureuse aussi au côté de sa mère le temps que celle-ci vécut, si elle avait fait le choix de la garder auprès d'elle, cette mère qu'elle idéalisait même si on pourrait lui arguer qu'elle ne le méritait pas, et qu'elle l'avait abandonnée. Cosette ne se souvenait pas de Fantine, ou bien c'était des souvenirs reconstruits, dont elle ne savait plus trop s'ils étaient réels ou inventés de toute pièce. Par les bons soins de son père, qui avait entretenu sa mémoire avec un soin quasi religieux.

Alors évidemment, elle n'aimait pas que l'on entache la mémoire de cette mère qui pourtant, il est vrai, l'avait abandonnée aux mains de ces bonimanteurs de bas étage, qui vendraient sans doute leurs propres enfants pour une bouchée de pain. Elle serra les poings alors que la Thénardier dépeignait la femme qui l'avait mise au monde de la pire façon possible. Sa mère été tombée amoureuse de la mauvaise personne, Cosette ne réussissait pas à lui reprocher cela. Sa mère l'avait pensé heureuse et en sécurité dans cette auberge de Montfermeil, ça non plus, elle ne pouvait pas la blamer pour ça. Elle rendait tous les torts à son interlocutrice...


"Je ne suis plus une enfant, je n'ai plus peur de vous."


Et elle ne comptait pas courber l'échine et obéir au doigt et à l'oeil comme elle le faisait autrefois... Même si, dans le fond, elle serait capable de sombrer à tout instant tant elle se sentait fragile. Elle mentait un peu, quand elle disait qu'elle n'avait plus peur, surtout qu'elle était toute seule. [i]
[/i]

"Vous ne pouvez rien me faire."


Est-ce que c'était vrai ? Oui... non... Elle n'en avait aucune idée, elle ne savait pas rentrer dans la tête des gens malhonnêtes, elle ne savait pas de quoi cette femme était capable juste pour obtenir une réparation qu'elle ne méritait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeLun 9 Sep - 21:10

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Cosette n’avait pas été traitée comme une princesse quand elle vivait encore chez eux, certes, c’était une vérité. Mais il ne fallait pas non plus complètement noircir le tableau. Entre une princesse et l’esclave de la maison il y avait un monde, ou même deux ou trois, mais cela n’avait pas été si terrible. Cosette n’avait pas été une enfant facile. Elle était maladroite et rêveuse, et elle mettait toujours beaucoup trop de temps à faire ce qu’on lui demandait, ou alors c’était mal fait. Enfin, rien n’allait quoi. Donc elle était aussi responsable du traitement qu’elle avait reçu.

Dans tous les cas, la Thénardier ne comptait pas s’excuser, loin de là. Elle se trouvait déjà bien généreuse d’avoir garder cette gamine. Ce qu’elle regrettait, c’est de ne pas l’avoir gardée plus longtemps. Certes, l’homme qui l’avait prise leur avait donné un bon petit paquet d’argent, mais vu où cela les avait menés, ils auraient mieux fait de garder la gamine et de s’en servir un peu mieux. C’était dommage, mais la femme pensait pouvoir rattraper un peu le coup, ou du moins, tenter de le faire.

Mais pour le moment, même si elle voyait bien que la petite tentait de garder la face, ce n’était pas un franc succès. Mais elle tentait de se donner des grands airs qui ne lui allaient pas du tout en plus de cela. Décidément, Valjean, sans qu’elle sache que c’était lui évidemment, lui avait appris de bien mauvaises manières. Les Thénardier lui avaient appris que tout se méritait, et qu’il fallait travailler, mais vu qu’elle se comportait comme une petite bourge, cela n’avait servi à rien, et cela avait le don de mettre la femme en colère.

"Je ne suis plus une enfant, je n'ai plus peur de vous. Vous ne pouvez rien me faire."

Elle croisa les bras sous sa poitrine et haussa un sourcil. Pas le moins du monde impressionnée. Si elle pensait qu’elle ne pouvait rien lui faire, c’est bien qu’elle était fort naïve. Mais Mathilde n’était pas étonnée que rien ne rentre dans la tête de Cosette, ce n’était pas nouveau. Mais c’était tant mieux pour elle, si elle était naïve, il serait bien plus simple de l’atteindre. Mais pour le moment, la mère de famille se contenta de la toiser avec dédain.

« Pourquoi t’donnes des grands airs, tu t’prends pour une marquise ? T’es rien qu’une gamine capricieuse qui a eu de la chance de trouver un bon parti. Mais tu sais, les choses changent souvent, les gens aussi, et les situations basculent vite. Avec ou sans aide. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeJeu 12 Sep - 21:19

]
Les vieux souvenirs nous rattrapent

Cosette n'avait pas le sentiment de se donner des grands airs. Pour tout dire, elle ne s'était jamais sentie aussi petite, en tout cas pas depuis bien longtemps. Elle avait envie de se dire que c'était tant mieux, si elle donnait ce sentiment à son interlocutrice, cela voulait dire qu'elle n'avait peut-être pas l'air aussi apeurée qu'elle l'était en vérité. Ou bien non, c'était une très mauvaise chose, car ses grands airs trahissaient le milieu où elle évoluait même temps. Même si sa vie avec son père avait été dissolue, il avait toujours veillé à ce qu'elle ne manque de rien, à ce qu'elle reçoive la meilleure éducation, ait un toit sur la tête et mange à sa faim. Bien sûr, son niveau de vie avait considérablement évolué dès l'instant où elle avait épousé Marius (même si elle ne l'avait pas épousé dans ce but... d'ailleurs, quand elle en était tombée amoureuse, il n'était pour elle qu'un jeune étudiant désargenté aux ambitions plus grandes que ses moyens), mais elle n'avait jamais vécu dans la misère. Cela s'entendait peut-être dans la façon qu'elle avait de s'exprimer. Et cela pouvait trahir une fortune que l'on pourrait éventuellement lui extorquer... cette pensée la fit frissonner.

D'autant plus que son ancienne tortionnaire paraissait en savoir beaucoup sur son compte. Notamment qu'elle était mariée. L'avait-elle su auparavant, la suivait-elle depuis un moment déjà ? Non, elle donnait trop de corps à ses angoisses. Il y avait une explication plus simple, et qui brillait à son doigt : l'alliance, symbole fort de cette union qui faisait aujourd'hui d'elle une Pontmercy. Elle savait que les choses changeaient, que les situations pouvaient bien vite basculer, elle l'avait vécu elle-même, même si dans son cas, elle était passé du pire au meilleur quand son père était venu la libérer, encore enfant, de l'emprise du vicieux couple d'aubergistes.


"Je n'ai que faire de votre opinion"
, répondit-elle doucement. "Retournez à vos affaires et oubliez-moi, je vous prie."

Elle ne faisait rien contre elle. Elle parlait, elle menaçait et n'agissait pas. Peut-être attendait-elle de mettre un plan en place avec son horrible mari. Peu importe ses intentions... elle avait peut-être du répit... et elle pourrait se protéger sans avoir besoin de s'exposer directement à l'ire des Thénardier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeDim 1 Déc - 19:57

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La femme n’avait aucune ambition de se montrer compréhensive avec Cosette. Elle n’avait aucune raison de le faire, aucune raison de montrer un peu de gentillesse à son égard. Ce qu’elle faisait déjà très peu au quotidien, ce n’était pas Cosette qui allait en bénéficier. Ce serait le monde à l’envers. Alors elle pouvait de suite cesser ses jérémiades, qui étaient certes déguisées derrière un jeu de comédie très mauvais, mais en tout cas, cela ne l’encourageait pas du tout à se montrer un peu plus conciliante. Elle n’avait déjà pas pour idée de l’être de base. Cosette l’agaçait. Elle était encore plus agaçante maintenant que gamine, et cela ne donnait aucune envie à la Thénardier de se montrer moins dure. Elle n’avait jamais été payée pour être sa mère, on lui avait demandé de la garder, de la nourrir, et de la loger. Elle l’avait fait, mais rien n’était gratuit dans la vie, elle n’avait fait que lui apprendre. Elle n’avait aucune raison de mieux la traiter que ses propres enfants. Déjà qu’avec ces derniers, elle n’était pas la mère la plus attentionnée, ni la plus tendre. Quoique ses filles avaient eu plus de chance que ses fils. Enfin, c’était une question de point de vue.

Quoiqu’il en soit, les petites tentatives d’autorité de Cosette n’avaient absolument aucun effet sur la Thernardier, et ce n’était pas ainsi qu’elle allait parvenir à ses fins. Il n’y avait dans tous les cas aucune façon qu’elle y arrive, Mathilde n’avait absolument aucunement peur de Cosette, et ne pensait pas pouvoir recevoir de quelconques représailles. Surtout que la situation de la famille était déjà difficile et précaire. Ce qui n’était pas le cas de Cosette et c’était quelque chose que la mère de famille avait du mal à accepter. Si elle avait appris le mariage de Cosette de façon hasardeuse, et n’en savait pas beaucoup à ce sujet, c’était déjà assez pour l’énerver.

"Je n'ai que faire de votre opinion. Retournez à vos affaires et oubliez-moi, je vous prie."

Décidément, elle n’était pas vraiment lucide cette petite. Ce n’était pas de manière aussi frontale qu’elle réussirait à avoir quoique ce soit de la part de la Thénardier. Dans tous les cas, cette dernière n’avait aucune envie de lui donner quoi que ce soit. Elle se contenta de la regarder avec dédain. Lui montrant qu’elle n’était nullement impressionnée par elle, et qu’elle pouvait bien la prier de ce qu’elle voulait, cela ne changerait rien du tout à ses agissements.

« Mais mes affaires, c’est aussi toi ma chère. Et peu importe c’qui t’importe ou non, si j’veux te donner mon opinion, j’le fais c’est tout. Encore une fois, ton « père » t’a bien mal éduquée. Ta reconnaissance est absente, et tu t’adresses à moi d’une façon qui ne me plaît pas du tout. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeVen 6 Déc - 22:32

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Voilà longtemps que Cosette n'a plus croisé la route des Thénardier, mais elle a le sentiment que cette femme n'a pas changé du tout, et ça l'inquiète. Car si elle n'a pas changé du tout, elle est toujours aussi dangereuse. Et Cosette n'avait pas vraiment l'impression d'avoir changé non plus, et c'était bien le problème. Face au danger qu'elle était capable de représenter, Cosette n'était vraiment pas sûre du tout de pouvoir se défendre et se protéger. En fait non, elle en était sûre, elle n'était pas capable de se défendre et de se protéger. Déjà là, elle était tout à fait incapable d'agir convenablement, et pourtant, on ne lui avait rien fait encore.

Elle aurait voulu que les affaires de la mère Thénardier ne la concernent plus du tout, mais de toute évidence, elle en avait décidé autrement, et Cosette ne voyait pas ce qu'elle pourrait bien y faire. Rien, sans doute, elle n'avait aucune arme à opposer à cette femme, elle n'avait que sa peur. Et cette peur la paralysait terriblement, l'emportait sur n'importe quelle autre émotion, elle ne savait définitivement pas quoi faire.


"Qu'est-ce que vous attendez de moi ?"
finit-elle par demander, totalement désemparée. 

Est-ce que cela lui servirait à quelque chose de le savoir ? Elle n'en savait trop rien, mais ce serait déjà peut-être moins angoissant que de rester dans l'incertitude. Elle se sentait jaugée, et elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'on attendait d'elle. Si elle savait.. peut-être qu'elle pourrait y faire quelque chose ? Même si, dans le fond, elle n'avait rien. Si elle voulait profiter de la fortune de son père, c'était peine perdue. Son père, elle ne savait même pas où il était, à l'heure qu'il était, et cette pensée lui serrait le coeur, d'ailleurs. Elle pourrait aussi profiter de la fortune de son époux... ou plutôt du grand-père de ce dernier. Mais elle ne voulait rien extorquer à Marius, et encore moins à Gillenormand. Elle ne voulait pas que sa vie passée affronte sa vie présente. Elle ne voulait pas mêler Marius à tout cela... Mais en même temps, elle ne savait pas si elle allait vraiment avoir le choix, en fin de compte. Elle n'attendait qu'une réponse à cette question.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeDim 19 Jan - 18:26

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Cosette ne devait pas se faire de faux espoirs, ce n’était pas parce qu’elle avait vécu dans un autre foyer que celui des Thénardier, et qu’elle était maintenant adulte, que cela allait changer quelque chose vis-à-vis de Mathilde. La gamine serait toujours redevable aux yeux de cette dernière, il fallait qu’elle se le mette dans le crâne. Pendant longtemps, elle avait pu vivre sa petite vie tranquille, mais manque de chance pour elle, tout ceci était terminé maintenant que leurs routes s’étaient croisées. Manque de chance pour Cosette, mais elle avait eu assez de temps comme ça pour se prélasser et ne rien faire, les choses allaient changer dorénavant, elle allait y veiller.

Dans tous les cas, la mère de famille savait bien que Cosette finirait par rendre les armes, elle avait beau jouer les femmes fortes, et indépendantes, la femme n’était pas dupe. Elle finirait par plier, parce que c’était dans sa nature, de chouiner, de se soumettre. Elle était misérable au fond d’elle, et l’apparence qu’elle se donnait ne servait pas à cacher cela, pas à la Thénardier. Les gens ne changeaient pas, et elle avait assez côtoyé Cosette pour pouvoir affirmer qu’elle la connaissait. Même si à l’époque, elle n’était encore qu’une gamine pleurnicharde.

"Qu'est-ce que vous attendez de moi ?"

La femme l’observa sans rien répondre. Elle trouvait cette question à la fois ridicule et révélatrice du fait que Cosette était vraiment faible, mais c’était tant mieux pour elle après tout. Ce qu’elle attendait d’elle, un moyen de se faire de l’argent, bien évidemment. Et au fond, la jeune femme devait en être consciente. Elle posait une question à laquelle elle avait déjà la réponse. Mais bon, elle s’attendait peut-être à un miracle, ou alors elle se faisait passer pour plus bête qu’elle ne l’était. Néanmoins, la femme ne voulait pas tout lui révéler maintenant, elle préférait la laisser bien assez tôt, et comme ça, Mathilde aurait le temps d’échafauder quelque chose d’infaillible. Elle n’allait tout de même pas répondre à toutes ses demandes, il ne fallait pas trop pousser. Elle lui dirait les choses quand elle l’aurait décidé, pas quand Cosette l’aurait décidé.

« Ce que j’attends d’toi ? Tu l’sauras bien assez tôt. Quand il sera temps. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeMar 21 Jan - 22:37

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Quand Cosette demandait à la Thénardier, à cette femme issue de ses cauchemars passés, ce qu'elle attendait d'elle, elle demandait surtout ce qu'elle comptait faire elle. Qu'elle veuille lui extorquer de l'argent semblait évident, mais de quelle manière exactement ? Elle n'en avait pas la moindre idée, et c'était ce qui lui faisait peur, parce que pour avoir vécu sous le toit des Thénardier, elle savait pertinemment que ces derniers ne reculaient devant aucune manigance pour parvenir à leurs fins. Elle ne leur imaginait aucun scrupule, elle ne leur imaginait aucune limite, et aucune morale, et c'était ça qui lui faisait vraiment très peur. Mais son interlocutrice, sûrement consciente de son avantage, refusait de lui donner une réponse précise. Et ces imprécisions, cette indécision, rendait la situation plus insoutenable encore que si elle avait immédiatement su à quelle sauce elle allait être mangée, vraiment.


"En ce cas, puisque le temps n'est pas venu, vous ne verrez aucun inconvénient à ce que je m'en aille, n'est-ce pas ?"
répliqua Cosette d'une voix blanche.

Elle savait que prendre la fuite n'allait pas annihiler ses menaces, mais cela lui permettrait de respirer plus convenablement. Cosette avait besoin de s'éloigner, elle avait besoin de rentrer chez elle, de trouver du réconfort dans les bras de Marius. Sitôt rentrée, elle lui expliquerait la situation. Elle ne lui avait rien caché de sa vie et de son enfance, elle lui avait parlé sincèrement de ses origines et de son enfance malmenée, et elle avait aimé d'autant plus Marius qu'il n'avait pas jugé ce passé compliqué et l'avait aimée malgré tout, inconditionnellement. 

Elle se disait que si elle partageait le récit de cette rencontre, il saurait peut-être mieux faire, savoir comment la défendre, comment les défendre tous les deux. Elle, elle ne se sentait pas armée face à ce genre de situations, elle perdait pied, elle redevenait enfant, elle se laissait dominer par l'ombre menaçante d'un passé trop écrasant. Mais le couple d'anciens aubergistes n'appartenait pas au passé de Marius, alors il saurait sans doute mieux y faire. Il trouverait peut-être les moyens de les protéger. En tout cas, il n'était plus question de rester ici plus longtemps, en présence de cette femme qui l'intimidait et qui la terrifiait. Pour elle, c'était une situation purement insoutenable, et elle n'en tolérait pas davantage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Mathilde Thénardier
Messages : 112
Date d'inscription : 19/02/2019

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeSam 22 Fév - 8:25

Les vieux souvenirs nous rattrapent
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La femme voyait bien que Cosette baissait ses armes, une à une. Elle tentait de se montrer forte, courageuse et impassible, mais cela ne trompait pas avec la Thénardier, elle savait reconnaître les expressions et elle était très douée en langage corporel. Couplé au fait qu’elle connaissait Cosette, même si elle ne l’avait pas vu depuis des années, elle restait au final la même petite fille qu’elle avait accueillie chez elle, durant quelques temps. Elle avait beau être adulte, elle avait beau être mariée, elle voyait toujours la petite fille en elle. Et elle ne voyait pas cela changer, pour le moment. En fait, elle ne pensait pas que Cosette changerait un jour. Les gens ne changeaient jamais, et elle resterait une incapable et une pleurnicheuse c’était en elle, elle ne pouvait pas y faire grand-chose, et c’était tout à l’avantage de son ancienne tutrice, qui comptait bien évidemment appuyer, encore et encore.

"En ce cas, puisque le temps n'est pas venu, vous ne verrez aucun inconvénient à ce que je m'en aille, n'est-ce pas ?"

La mère de famille pouvait facilement comprendre que Cosette veuille rapidement se débarrasser d’elle. Elle n’était pas vexée, ce n’était pas comme si elle considérait Cosette comme sa fille. Et même avec ses filles elle n’était pas toujours très tendre. Mais elle voulait surtout que le message soit passé, que Cosette se rende bien compte qu’elle n’était pas maîtresse de la partie, qu’elle ne décidait en aucun cas de ce qu’il allait se passer. Mais la femme pensait avoir été assez claire sur ce point. Dans tous les cas, elle ne comptait pas oublier la petite blonde et elle lui serait utile un jour ou l’autre.

« J’vois qu’ma présence te dérange. Pas très plaisant, mais ça m’surprend pas de toi. Pars si tu l’veux, mais pense pas que j’vais t’oublier gamine. La mère Thénardier n’oublie jamais rien, et on s’reverra très vite qu’tu l’veuilles ou non. »

C’était la une promesse qu’elle lui faisait. Cosette avait tout intérêt à s’en souvenir dans les jours prochains. Non, elle n’allait pas l’oublier, ça c’était sûr et certain. Il fallait juste, que la Thénardier trouve comme la faire entrer dans le jeu, comme se servir d’elle, et de la nouvelle fortune dont elle semblait jouir.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Peuple10
Cosette Pontmercy
Messages : 156
Date d'inscription : 15/02/2015

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitimeMar 10 Mar - 21:33

Les vieux souvenirs nous rattrapent

Cosette réussirait presque à être désolée de déranger cette femme par sa présence. Comme si elle n'avait pas les meilleures raisons du monde pour ça, comme si elle n'avait pas été maltraitée et exploitée tout le temps où elle avait vécu à l'auberge que tenaient alors les Thénardier. Elle n'avait aucune raison d'éprouver de la gratitude ou du bonheur à l'adresse de cette femme, mais tout comme elle avait eu le don de la culpabiliser autrefois, elle y parvenait presque maintenant. Presque, parce que ce sentiment ne fit pas long feu, et Cosette commençait à se dire, surtout, qu'elle allait s'en tirer à bon compte et sans représailles.

Les menaces d'un Thénardier étaient à prendre au sérieux, certes, et elle était bien placée pour le savoir. Mais si elle ne faisait rien contre elle maintenant, que pourrait-elle faire plus tard ? Seule face à cette bonne femme qui la terrifiait autant qu'à l'époque, elle était vulnérable et impuissante. Mais elle était entourée, elle avait Marius et son grand-père... son père quelque part sans doute, elle avait une famille compréhensive et aimante qui ne laisserait jamais quoi que ce soit lui arriver. Peut-être que cette femme la menaçait dans le vide, après tout, juste pour le plaisir d'avoir le dernier mot. Peut-être qu'elle était sérieuse, aussi. Mais même si c'était le cas, elle ne voulait de toute évidence pas s'en prendre à elle tout de suite.

Aussi, ça lui laissait le temps de rentrer chez elle, d'en parler avec Marius, d'aviser ensemble de la situation. Elle-même réussirait sans doute mieux à garder la tête froide une fois éloignée de cette femme qui lui faisait perdre le peu de moyen qu'elle possédait autrement. Tout irait bien, il fallait que ça aille, et tout irait mieux dès l'instant où cette horrible femme aurait disparu de son champ de vision.

Cosette envisagea de dire quelque chose à l'adresse de Mathilde Thénardier, mais finalement, elle s'abstint. Les mots ne voulaient pas sortir. Et c'était sans doute mieux comme ça parce qu'elle se serait peut-être ridiculisée en réalité. Alors elle ne dit rien. Elle lui adressa simplement un dernier regard angoissé, et elle tourna les talons.

Elle n'avait plus qu'une seule et unique idée en tête, et c'était de fuir, de s'en aller, sans plus jamais regarder en arrière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) Empty
Message#Sujet: Re: Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)   Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les vieux souvenirs nous rattrapent (Maman Thénardier)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» [UploadHero] Les Vieux de la vieille [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain, dès l'aube :: La ville lumière :: Les beaux quartiers :: Quartier du marais-